Vous voici dans un monde où les anges contrôlent l'équilibre du monde, complotent, au dépend de toutes les races tant que l'équilibre est conservé. Que serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Animation n°1 : Les fêtes en folie !
Soirée à thème anges/démons au bar the mystic : 15 déc. ouvert !
Discours de Lilith : 5déc. - Terminé-
○ Parade du paradis, ouverture fin de semaine.
Postes courts (ou non).

Partagez | 
 

 Staz. Juste Staz. [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Arrivée : 29/06/2017

Age : 21

Plumes : 44

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder

MessageSujet: Staz. Juste Staz. [100%]   Jeu 29 Juin - 20:13

Staz Liszka Najder

24 ans -  23 Novembre 1990 - demi humain - homme - hétérosexuel. Ou pas. Ouais, peut-être pas, enfin on sait pas.

avatar(s) : Bakugou Katsuki de My Hero Academia

De quoi ai-je l'air ?


Staz n’est pas d’un naturel très avenant et cela se retranscrit sur sa façon d’être. Ses rares sourires sont pour la plupart du temps nerveux et dus à l’énervement. En temps normal, j’aurais plutôt tendance à dire qu’il grimace plus ou moins amicalement, le résultat étant… Comment dire. Gênant. Effrayant. Contre nature. Le malaise quoi.

Son truc à lui, c’est de tirer la gueule. De jour comme de nuit. Les traits de son visage sont francs, sans défaut à relever. Je veux dire par là que son nez, quoiqu’un peu en trompette, n’est pas à la place de sa bouche, qu’il n’a ni un mono-sourcil, ni un œil qui dit merde à l’autre et que ses oreilles ne sont ni disproportionnées, ni décollées. J'aimerais dire qu'hormis sa sale gueule le garçon est d'une banalité affligeante, mais c'est faux. Staz n'est pas particulièrement beau, mais son charisme attire les regards. Il déborde de confiance en lui, ne craint pas la confrontation et ça se voit. Son teint est pâle et les cernes qui ornent ses yeux orangés lui confèrent parfois un air malade. Sa chevelure est blonde, épaisse, hirsute et a tendance à donner cette fâcheuse impression qu'il se coiffe avec des explosifs. Perso, je trouve que ça lui va terriblement bien. Pas vous ? ~

Staz n’est pas quelqu’un qui prête une grande attention à son apparence, tant que la base est respectée. Ce qui est : des vêtements propres, une douche, du déo, du parfum, une brosse à dent et un peigne. Cela peut paraître ironique, pourtant de nos jours, force est de constater que tout le monde n’a pas intégré ce minimum à respecter. A mon grand désespoir. Et au vôtre peut-être. Quoique le peigne semble ici n’être d’aucune utilité, ses cheveux, qui lui retombent en grande partie sur la figure, font absolument tout ce qui leur chante.

De haut de son mètre 78, Staz trimballe sa vieille carcasse ça et là, avec assurance et détermination. Personne ne se promène les mains dans les poches, la tête rentrée dans les épaules, le dos légèrement voûté, un air blasé sur le visage avec autant de ténacité que lui. J'vous jure, c'est impressionnant. De prime abord, sa carrure n'est pas spécialement imposante et se meut aisément dans l'espace. Staz est pourtant loin d'être frêle et sa musculature est plutôt bien développée. Probable résultante de sa tendance bagarreuse. La plupart du temps sapé comme un blédard et noyé dans des vêtements trop amples pour lui, beaucoup ont tendance à le prendre pour un squatteur qui n'a rien dans le crâne. Ce qui n'est pas complètement faux.

A première vue, il est souvent associé au mauvais garçon qui cherche les emmerdes - alors qu'en réalité, il ne fait que y répondre nous sommes bien d'accord ? Son attitude peu enthousiaste et ses grimaces en tout genre ne l’aident guère à se forger une meilleure image . Au contraire, Staz est souvent perçu comme quelqu’un de provocateur, d’insolent, de méprisant, contre qui on a besoin de se confronter et ... Bah c'est vrai putain.


Ma façon de penser


Staz n’est pas une mauvaise personne... C’est juste un con mécontent. Il est susceptible à l’extrême, irritant et irrité, impulsif et réagit à la moindre petite provocation. Une véritable tête brûlée à l’ego sur-dimensionné qui fonce tête baissée quitte à s’bouffer un mur à l’arrivée. Le jeune homme passe du tout au rien et du rien au tout. Son côté imprévisible fait que beaucoup se méfie de lui. Tout comme Staz se méfie des autres. C’est simple : pour lui tous les gens sont des bâtards qui vont chercher un jour ou l’autre à l’entuber. Ce principe dicte toute sa ligne de conduite depuis la nuit des temps. De-ce-fait, il n’éprouve aucun remord à mettre des carottes aux autres et à ne penser qu’à sa tignasse blonde. De toute façon, dans ce monde de merdeux, c’est le plus égoïste qui gagne. Point à la ligne. C’est loin d’être un héro, je dirais même qu’il en est tout le contraire.

Bien qu’il donne une image de lui très immature, Staz a un don inné pour voir les choses telles qu’elles sont. Sans se voiler la face, il redonne à chaque événement sa juste valeur, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Volontaire, déterminé et sûr de lui, rien ne semble pouvoir arrêter ce petit polonais au caractère explosif. D’un certain point de vue, il recherche l’excellence. Pas dans ses études, pas dans son taff... Dans sa façon d’être. Il est le meilleur emmerdeur que la Terre n’ait jamais porté. Le plus énervé. Le plus explosif. Le plus fort. Ouais, Staz veut être le meilleur, mais le meilleur de quoi ? On ne sait pas. Quoiqu’il en soit, quand il se lance dans un truc, ce n’est pas pour faire les choses qu’à moitié. Dans le meilleur comme dans le pire...

S’étant souvent senti traîné dans la boue, Staz a fini par chercher sa fierté là où il n’y en avait pas. C’est avec la plus grande application qu’il tient les gens à distance. De toute façon, il se suffit amplement à lui-même et n’a besoin de rien, ni de personne, surtout pas d’aide. Ça, jamais. Peu importe le nombre de personnes qui l’entourent, le seul qui pourra vraiment se sortir de ses galères, c’est lui-même. Les leçons de la vie il les a déjà apprises, m’voyez ? Il est celui qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, celui qui gueule toujours le plus fort pour se faire entendre, celui qui ne connaît pas la discrétion. Le mec agaçant, parce qu’il trouve toujours le dernier mot.

Pourtant, certains parviennent à l’apprécier, voyant en lui un garçon honnête et fiable que l’on peut croire sur parole. Mine de rien, c’est un jeune homme droit dans ses baskets qui reste fidèle à ce qu’il est. Il possède également un goût très prononcé pour la liberté. Pour lui, chacun est libre de faire ce que bon lui semble, égoïste, altruiste, peu importe. Dans son monde utopique, personne ne devrait avoir d’influence sur personne. C’est un être rempli de principes qui n’apprécie pas que l’on bafoue sa philosophie de vie et qui conserve une fâcheuse tendance à mépriser tous ceux qui s’en écartent. Imperméable à la manipulation, il se laisserait crever plutôt que de se laisser influencer. Avant d’avoir essayer de crever le manipulateur en question. Pour lui ses poings sont un mode de communication à part entière. J’ai déjà essayé de lui expliquer le contraire... En vain. Ses accès de colères et de violences incontrôlés pavent sa réputation de personne à éviter et sont sources de multiples renvois. Dans ses mauvais jours, de ceux où il est préférable de ne pas lui adresser la parole, ses changements d’humeurs frôlent les extrêmes et échappent à toute logique.

Sa franchise un peu trop brusque lui attira au final plus d’amis que d’ennemis. Staz est quelqu’un qui n’a rien à cacher. Il n’est pas infaillible, il est loin d’être un enfant de cœur, mais sa qualité est qu’il assume absolument tout ce qu’il fait. Même ce dont il n’y a pas de quoi être fier, il portera une pancarte pour bien montrer que c’est lui.

Le jeune homme est réaliste. Parfois un peu trop pessimiste. Pourtant il peut être agréable envers les personnes qu’il respecte, qu’il considère comme son égal. Solitaire et introverti, le jeune homme rencontre de sérieux problèmes de communication. Grogner n’incite effectivement pas à la conversation et n’attire guère de sympathie. Il passe le plus clair de son temps à grommeler dans sa barbe et semble s’étonner lorsqu’on ose enfin l’interroger sur ce qu’il marmonne depuis des heures. Désorienté, ses réactions seront brusques et inappropriées... Du Staz tout craché.

Ce n’est rien d’autre qu’un débile en puissance introverti, qui part en vrille dès qu'il est confronté au monde extérieur et qui a oublié toute notion de délicatesse ou de savoir vivre.  



Ce que je sais faire....

- Langue(s) parlée(s) : Anglais et polonais (langue maternelle). Bien qu'ayant quitté la Pologne, il n'a jamais cessé de parler polonais avec sa mère.
- Capacités au corps à corps et force physique : force physique au-dessus de la moyenne, assez doué pour taper sur la gueule du premier v'nu, mais il ne s'agit que d'impulsivité et de force pure, aucune technique.
- Juste pour la blague, c'est un spécialiste des casseroles.

Sinon ca va vous ?


L'histoire qui m'anime


" Le monde devrait souffler, rien qu’une minute,
Tous élever la tête et contempler la Lune.
Une minute de répit, dans cette vie d’amertume,
Prendre le temps de laisser de côté toutes ces incertitudes.
Et souffler, rien qu’une minute."
- Volodia

Dans la vie, certains pensent qu’il suffit de travailler dur pour obtenir ce que l’on veut et se sortir de n’importe quel merdier. Moi je pense surtout que tout est une question de chance. Certaines personnes échoueront même avec toute la bonne volonté du monde. Les pauvres petites personnes ordinaires ont aussi leur lot de galères. Staz pourrait vous en dire long sur le sujet... S'il était du genre à raconter sa vie à qui veut bien l'entendre, or ce n'est pas le cas, je vais donc m'en charger. Oh, pour ceux qui ne me connaissent pas, enchanté, je suis le narrateur.



|| Bienvenue dans la morosité du quotidien. ||

L’histoire de Staz n’est autre que celle de Monsieur tout le monde. Le début de ce récit nous ramène en Pologne, pays où Staz a vu le jour. Nous y rencontrons Ewelina Najder, une jeune femme aux yeux cernés, qui tentait tant bien que mal de joindre les deux bouts. Voilà quelques temps déjà qu’elle avait coupé les ponts avec sa famille. Sans diplôme, élevant seule un môme qui ne cessait de brailler à longueur de journée... Elle était loin de faire leur fierté. Quant au père de cet enfant... Son identité demeure encore à ce jour un mystère. Ewelina ne s’est jamais montrée très loquace à ce sujet et redoutait le moment où Staz commencerait à poser des questions. Qu’allait-elle bien pouvoir lui dire ? De multiples scénarios prenaient doucement naissance dans son imagination. Néanmoins, chaque chose en son temps, se disait-elle. Pour l’instant, elle se démenait pour faire face à la dureté du quotidien qui l’assaillait. Avoir emmerde sur emmerde, c'était un peu l'histoire de sa vie, mais elle avait toujours réussi à s'en dépêtrer. Une force de caractère qu'elle avait transmis à son fils. Ce gamin était tout ce qui comptait. Il s’en sortirait, tout comme elle.

Lorsque Staz eut trois ans, Ewelina rencontra un homme qui se trouvait être bien loin de chez lui. Voilà déjà quelques temps qu’Aaric explorait les alentours de ce monde. Son périple l’avait conduit en Pologne, à la rencontre de notre chère petite mère célibataire. Le coup de foudre fut immédiat. Aaric était un homme sévère mais bon. Un homme qui avait des valeurs et une très bonne éducation. Quelqu’un de bien. Il ferait un très bon père, aux yeux d’Ewelina, c’était évident. A cette époque Staz, seulement haut comme trois pommes, était déjà un enfant turbulent à qui il était impératif de fixer des règles et pour dompter ce petit démon avant que l’irrémédiable n’arrive, il lui fallait de toute urgence une figure masculine inflexible. C’est ainsi qu’Aaric commença à partager le quotidien de nos deux têtes blondes. Staz lui menait le vie dure, mais après tout, ce n’était qu’un gosse. Un vent de légèreté soufflait sur le tout nouveau foyer. Tout semblait si bien se dérouler que deux ans plus tard, Ewelina n’hésita pas une seule seconde à suivre Aaric jusqu’aux États-Unis accompagnée de son fils. Il était temps pour cet homme aux allures de papa ours de rentrer chez lui, à Los Angeles. L’occasion pour Ewelina de prendre un nouveau départ aux côtés de son nouveau compagnon. Une chance qu’elle s’était empressée de saisir, sans se douter une seule seconde de la tournure qu’allait prendre les événements.

|| Nouveau départ pour un nouveau cauchemar. ||

C'est à ses cinq ans que Staz foula pour la première fois le sol des États-Unis, sans mot dire. Ce n'était qu'un idiot de gamin, mais à-vrai-dire il s'en foutait un peu d'être ici ou ailleurs. Puis ce Aaric... Qu'il n'essaye même pas de se prendre pour son vrai père. Il ne le sera jamais et Staz ne se gênait pas pour le lui faire comprendre. Parlons-en, de ce véritable père, qui n’est en fait rien de plus qu’un géniteur. Staz ignorait tout de lui et ce n’était pas faute de s’y intéresser. A chaque fois qu’il ouvrait la bouche à ce sujet, sa mère s’empressait de lui conter une autre histoire. Sans lien les unes avec les autres et toutes aussi invraisemblables... Une fois aventurier qui courrait après les mystères de ce monde, une fois agent spécial qui ne pouvait rester aux côtés de sa famille pour les protéger, en mission secrète je n’sais où, accomplissant de grandes choses... Pour finir par la maladie de la bougeotte. Une maladie incurable qui l’empêchait de rester trop longtemps au même endroit. Tant de récits qui finirent par déshumaniser ce père fictif. Il était devenu tout le monde et personne à la fois.

Bien que désorienté au départ, le jeune garçon finit par rapidement s'acclimater à son nouvel environnement. Il était encore jeune et perméable, apprendre une nouvelle langue sur le tas ne lui avait pas trop posé de problèmes. Quant à sa bande de copains... Des gamins insupportables qui défient l'autorité il y en a un paquet sur Terre... Son fort caractère et sa tendance naturelle à attirer les autres à lui firent qu’il trouva rapidement sa place. Contrairement à sa mère, qui demeurait isolée.

Les années qui suivirent se déroulèrent paisiblement. Sans compter les caprices de Staz, ses sauts d’humeur et son tempérament incontrôlable, le quotidien de cette petite famille était d’une banalité affligeante. Il y eut tout de même quelques petits incidents à noter. Pour un pré-adolescent, Staz était doté d’une force physique déjà impressionnante, associée à sa tendance bagarreuse... Disons qu’un certain nombre de dommages collatéraux sont à dénombrer. Il lui arrivait de blesser ses copains en jouant à se « battre » avec eux, mais tout était mis sur le compte d’accidents et rien de grave n’est jamais arrivé. Il était robuste, résistant et en très bonne santé. Ewelina devait juste trouver le moyen de lui apprendre à maîtriser sa force. Mais la jeune femme avait la tête ailleurs, depuis plusieurs mois, elle et Aaric parlaient de mariage.


|| La chute d’un Monsieur Tout Le Monde... ||


"Je ne sais pas pourquoi ce matin je suis très en colère,
Mais je ne laisse rien paraître devant mon fils et sa mère,
Bisous, bonjour, ennui, cafetière,
La jolie vaisselle que nous a donné grand-mère,
J'aimerais tout foutre en l'air."
- Biglo & Oli

Puis, un jour, Aaric perdit son emploi. Staz avait 13 ans lorsque la descente aux enfers débuta. Doucement et silencieusement, la tension s’accumula au sein du foyer et bientôt l’ambiance devint insoutenable. Aaric, cet homme à la voix caverneuse, où même « passe moi l’sel » devenait l’un des ordres des dix commandements, n’était plus l’homme qui subvenait aux besoins de sa famille. Il ne pouvait plus l’être. Au fil des jours, des semaines, des mois, son identité s’effondra petit à petit. Lui, d’apparence imposante, habituellement si sûr de lui et fier, se laissa doucement enivrer par les délices de l’alcool. Seul remède qui mettait un peu de baume à son cœur. Ewelina faisait de son mieux pour soutenir son mari, cumulant deux emplois pour que la famille puisse vivre. Quant à Staz, il se contentait d’observer de loin la chute d’un homme qu’il n’avait jamais vraiment aimé ou détesté. Seulement... Aaric n’était pas quelqu’un de mauvais et ne faisait jamais preuve de violence. Du moins... Quand il ne buvait pas. Alcoolisé, il changeait du tout au tout. Il devenait menaçant, insultant, agressif et le seul qui osait l'attaquer de front était Staz. Surtout lorsqu'Aaric, n'étant plus lui-même, semblait vouloir s'en prendre à sa mère. Staz s'est interposé, encore et encore... Jusqu'à haïr cet homme de tout son être. De multiples drames ont été évité, de justesse, par miracle. Ewelina se souvient de tout. Comme de ce jour où, coincée au détour d’un couloir par son mari hystérique, elle avait aperçu Staz juste derrière lui, prêt à lui planter des ciseaux dans le dos. Elle se souvient de ce nombre de fois où elle et Staz s’étaient retrouvés enfermés dehors, parce qu’Aaric ne supportait plus leur présence à l’intérieur. De jour comme de nuit. Elle n’avait aucun ami dans les environs et cela la terrorisait. Quant à Staz, il se souvient d’avoir eu pour habitude de dormir avec une paire de ciseau à côté de lui, de prendre grand soin de s’enfermer dans sa chambre. Par précaution, par crainte. La porte était ornée de multiples égratignures, en souvenir du nombre de fois où Aaric s’était acharné contre elle.


|| ... Sa chute en entraînant celle d’un autre ||


L'air devenant irrespirable dans cette vieille baraque pourrie, Staz trouva son refuge à l'extérieur. Un enfant de son âge n'avait pas à traîner dans les rues, à rentrer aussi tard et pourtant... L’adolescent se mit à fumer, à sécher les cours, à voler, à multiplier les altercations... Très vite, les mères des autres enfants vinrent à le considérer comme une mauvaise fréquentation. Elles voyaient en Staz un gamin sans éducation et sans avenir. Un gamin instable qui en venait facilement aux mains, aux réactions inattendues et délirantes... Bref, une mauvaise graine, issue d'une mauvaise mère. Pourtant Ewelina faisait tout son possible pour garder le cap et conserver une certaine emprise sur Staz. En vain. Le gamin collectionna les avertissements et fut renvoyé de trois établissements pour violence envers les autres élèves et paroles insultantes envers les professeurs. Naturellement fort et charismatique, la tornade blonde prenait facilement l’ascendant sur autrui. Des plus faibles que lui, il n’y avait que ça. Si bien que Staz finit par se penser au-dessus de la norme et devint le p’tit merdeux le plus orgueilleux que la Terre n’ait jamais porté. Personne ne pouvait le surpasser, il était bien plus fort que tout le monde ! Il en était persuadé et rapidement il trouva de la fierté là où il n’y en avait pas.

Les années suivantes s'écoulèrent ainsi. L'alcool, les larmes, les cris, les disputes, les bagarres, les mises en garde... Tous ceux qui connaissaient Staz avaient appris à le craindre et à le respecter. Toutes les petites raclures des bas quartiers avaient compris à leurs dépends qu’il ne fallait pas le chercher. Dans son nouveau bahut, la plupart se contentait de l’éviter, quand d’autres le suivaient partout comme une petite bande de groupies. Le polonais avait l’âme d’un meneur, personne ne pouvait le nier. Seulement le garçon ne disposait que d’une seule et dernière chance. S’il venait à se faire renvoyer de cet établissement, aucun autre ne voudrait le reprendre, d’autant plus qu’il avait de nombreuses lacunes à palier. Pensant bien faire, Ewelina décida de l’envoyer en internat pour ses dernières années de lycée. L'éloigner d'Aaric devrait lui faire du bien. L'apaiser avec un peu de chance. Le climat entre eux deux était toujours aussi tendu. Staz le haïssait, Ewelina le savait bien. Assurant toutes les dépenses du foyer en cumulant deux emplois, la mère de famille était épuisée. Ses joues étaient creusées, son allure chétive... Cela lui brisait le cœur de l’admettre, mais il était temps de mettre un terme à cette histoire, pour son propre bien et celui de son fils. Staz n’était pas une mauvaise graine, elle était la première à l’affirmer, mais depuis la dégringolade d’Aaric, son garçon était comme devenu fou. Une bête sauvage impossible à contrôler. En secret, elle remerciait le ciel que son garçon n’ait pas réellement mal tourné. Car dans le cas contraire, elle n’aurait rien pu faire.


|| Toute chose a une fin, même la plus mauvaise. ||


Faisons à présent un bond de quelques années. Staz a 21 ans, après l'obtention de son bac avec un retard de deux ans, celui-ci stoppa les études et collectionna les petits boulots à droite et à gauche. Voilà déjà deux ans que sa mère avait quitté Aaric, ce p’tit merdeux qui l’avait fait venir jusqu’ici, dans ce pays d’merde. La haine qu’il éprouvait à son égard refusait de s’éteindre et elle continuera très certainement de brûler pour le reste de sa vie. A présent, le jeune homme n’avait plus qu’une idée en tête : se trouver un taff, même un qui ne paye pas d’mine, qui lui permettrait de quitter l’appart’ miteux que sa mère avait dégoté pour eux deux. Le climat entre mère et fils était étrange. Staz n’avait jamais eu de problèmes avec sa mère, bien au contraire, il avait passé des années à prendre sa défense. Seulement... Si elle ne s’était pas foutue avec Aaric... Ouais, une amertume égoïste lui restait en travers de la gorge... Pour cette histoire qui l’avait bousillé et pour l’identité de son père biologique qui restera à jamais le plus grand mystère de sa vie. Depuis l’temps il s’était fait une raison. Par contre, toutes ces conneries que sa mère lui avait sorties... C’est con, mais dès qu’il y pensait cela avait le don de le foutre en rogne.

Par contre, soyons honnête, juste avec un bac en poche il ne pouvait pas prétendre à la vie de rêve, bien qu’en réalité il s’en foutait. Faut bien de tout pour faire un monde les gars, des gens biens qui réussissent et des petits blédards sans avenir. Comme lui. Ce pseudo ordre des choses lui convenait parfaitement. Il enchaîna les p’tits taffs peu glorieux, jusqu’à se dénicher une place en grande surface. Oh, il ne s’agissait que de la basse besogne, mais il ne demandait rien de plus.


|| Un gars sans ambition. ||

" Aujourd’hui on speed, on court après l’bif,
Pour essayer de dormir, on s’allume au spliff,
On compte chaque centime en attendant son smic,
Je demande une minute de silence pour qu’on puisse réfléchir. "
- Volodia


Ce qui nous amène au jour d'aujourd'hui. Staz a 23 ans, va sur ses 24 et vit paisiblement dans son propre petit appart’ miteux à Las Vegas. Loin de sa mère qui est restée à Los Angeles, le polonais passe ses journées à s'occuper d'un rayon de casseroles, à nettoyer la réserve, à y mettre de l'ordre, à étiqueter les nouveaux produits qui doivent partir en rayons... Et j'en passe. Étrangement, la tornade blonde semble parvenir à contenir son caractère explosif sur son lieu de travail. Tout le monde a besoin de fric, même les p’tits nerveux dans son genre. De temps à autre, pour arrondir ses fins de mois, cela lui arrive de dealer à droite et à gauche, tout en restant fidèle consommateur. Une vie pénarde, qui n’casse pas des briques, mais qui lui convient.

Le temps passe et voilà qu'il n'entretient quasiment plus aucune relation avec sa mère. Tout comme elle, lui aussi tend doucement à couper les liens. Il lui semble qu'elle a à nouveau rencontré quelqu'un... M'enfin qu'importe. Staz vit paisiblement la vie d'un gars ordinaire qui au fond ne l'est pas tant que ça. Il ignore tout de son véritable père, comme il ignore tout des faces cachées de ce monde. Pour lui, il est juste un gars un peu poissard avec un ex beau père alcoolo', qui peut compter sur ses poings et sur sa force au-dessus de la moyenne pour se faire respecter. Il encaisse bien, a un bon métabolisme et une santé de fer. Bref, un gars robuste. Rien de plus, rien de moins.

" Seul dans l'ombre, j'suis qu'un monsieur tout l'monde,
J'avance, je tombe, j'suis qu'un monsieur tout l'monde,
J'ai jeté l'éponge comme monsieur tout l'monde,
Je plonges dans le plus sombres de mes songes. "
- Biglo & Oli


Un monsieur tout le monde demi-humain, certes.
Mais ça, ce sera notre petit secret.  

derrière l'écran  

Mip - 21 ans - 7/7
Comment avez vous trouvé le forum ?  J'me suis perdue dans les partenariats.


Dernière édition par Staz L. Najder le Jeu 6 Juil - 21:50, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 23/02/2017

Age : 23

Plumes : 170

Localisation : ISMADD, zone scientifique

avatar
Satan Ma'Nuoym
EX-ROI DES ENFERS
ISMADD - COMATEUX

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 0:56

HANNNNW ! ♥
BIENVENUE A TOI !

Si tu as des questions n'hésite pas à m'envoyer un MP ! =D
Je n'ai pas encore parcouru ton histoire je préfère tout lire quand c'est écrit mais si tu penses que y'a des trucs à vérifier avant d'écrire ton mental ou physique n'hésite pas à me demander aussi o/

Bonne continuation de fifiche =D

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 12/03/2017

Age : 22

Plumes : 73

Localisation : Erèbe

avatar
Amethyst Canbahd
SECTION ESPIONNAGE
BRHAT - PETIT KWEKWE

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 8:52

Bienvenuuuue ♫ !

~~~~~~

▵ What's the Use of Feeling Blue ? ▵
©endlesslove.
Talk in #AFAFAF
Boy Voice || Girl Voice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 23/02/2017

Age : 25

Plumes : 91

Localisation : ISMADD

avatar
Tsaï Shen
EX ROI-DEMON GENERAL
ISMADD - SURVEILLANT

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 11:35

Bienvenue !

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 29/06/2017

Age : 21

Plumes : 44

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 12:19

Wayayyo merci les gars !

Satan > c'est parfait, ne lit pas, c'est pas terminé, c'est interdit. /poutre

~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || STAZ'S VOICE

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 29/06/2017

Age : 21

Plumes : 44

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 18:38

Double post, juste pour signaler que la fiche est terminée.
Wallah.
Tchu bisou smack.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 23/02/2017

Age : 23

Plumes : 170

Localisation : ISMADD, zone scientifique

avatar
Satan Ma'Nuoym
EX-ROI DES ENFERS
ISMADD - COMATEUX

MessageSujet: Re: Staz. Juste Staz. [100%]   Ven 30 Juin - 19:01

Pilou pilou 8D

Personnage sympathique (ou pas OO) j'ai hâte de voir ce qu'il va donner en RP o/
Tu es validey bien entendu !

Alors je viens t'informer d'un truc qui pourrait t'intéresser :
- tout d'abord un mini évent (bon qui est bientôt fini mais pourquoi pas) qui se passe au Mystic, avec déguisement, soirée sur le surnaturel, ange et démon http://ismadd.forumactif.com/f192-bar-the-mystic

- http://ismadd.forumactif.com/t119-demi-humain-ange-demon-au-feu-las-vegas et une petite mission qui pourrait t'être ouverte :3

N'oublie pas d'ouvrir ton journal http://ismadd.forumactif.com/f15-journaux par rapport à ta chronologie tout ça tout ça.

Ah et je pense que ton perso à déjà 24 ans vu que nous sommes en décembre o/ et qu'il est né en 1990 parce que nous sommes en 2014 o/ Mais ça n'empêche pas ta validation.

:the:

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Staz. Juste Staz. [100%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISMADD ::  Passage administratif  :: Cartes d'Identité :: Création de votre identité-
Sauter vers: