Vous voici dans un monde où les anges contrôlent l'équilibre du monde, complotent, au dépend de toutes les races tant que l'équilibre est conservé. Que serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les petites annonces :

"Je suis un ange... bien évidemment ? ( www. ) " → cette mission attend un membre de
l'ISMADD pour se lancer =3
Nous sommes en janvier 2015


De ce fait, n'oubliez pas de mentionner dans vos Rps
• 1er janvier, Easan chez les anges : c'est le baptême des nouveaux-nés et demi-humains
par le vol dans la cascade.
• 2 janvier, Sikara chez les démons : qui gagnera un humain.... ?
• 14 janvier, Miha Pmai chez les démons, dévoilez votre amour à l'être aimé avec un cadeau !

plus d'informations ?

Partagez | 
 

 Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maitre Jedi des Casseroles

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 119

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
Maitre Jedi des Casseroles

MessageSujet: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Ven 14 Juil - 13:59


« FIRE »
And fucking garbage scream out what will save us.



C'est ce qu'on appelle se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Cette journée avait dès le départ très mal commencé, elle ne pouvait que mal se terminer. Y'a des jours comme ça, faudrait être payé pour survivre quand le ciel nous tombe sur la tête. Tout comme Staz, la plupart étaient simplement venus boire un verre après une journée d'taff ordinaire, songeant aux fêtes qui approchaient. Et maintenant, les voilà cernés par les flammes. Putain, ça craint.


__. Plus tôt dans la journée

Des cartons, des cartons et encore des cartons. Staz avait passé une bonne partie de la matinée en réserve à mettre de l'ordre dans c'bordel. Une nouvelle livraison d'ustensiles de cuisine haut de gamme était arrivée. Il fallait maintenant s'amuser à tout déballer, ranger, nettoyer et choisir ce qui allait partir en rayon. M'enfin, voyons le bon côté des choses, au moins le blondinet n'avait pas à paraître aimable devant la clientèle terré au fin fond de sa réserve. Y'avait même du café ! Froid, certes, mais du café quand même.

||*|

*10 minutes de pause pour bouffer un vieux sandwich, si c'est pas se foutre de la gueule du monde ça...*

J'te le fais pas dire. Et toi ces précieuses minutes tu préfères les utiliser pour fumer une vieille clope à l'arrière du magasin.

*J'irais bouffer à 16 heures*

La journée promet d'être longue... Heureusement qu'on a caché de quoi grignoter un peu partout dans la réserve. On s'rait mort de faim depuis longtemps sinon.

Les mirettes orangées du blondinet se perdirent sur les pavés qui jonchaient cette ruelle. Personne ne venait jamais se promener par ici. L'envers du décor n'était pas très réjouissant. Des poubelles, des cartons écrasés qui traînaient ça et là, de hauts murs qui empêchaient la lumière de passer... Seuls les employés accros à la nicotine mettaient de temps en temps le nez dehors.

« Si quelqu'un s'fracasse la tête ici il aurait le temps d'crever... »  marmonna Staz en écrasant son mégot sous sa chaussure.

A quelques secondes près, il n'aurait rien vu.

Tandis qu'il tournait les talons, son badge à la main, quelque chose attira son attention par-dessus son épaule. Fronçant les sourcils - plus qu'ils ne l'étaient déjà - il se retourna avec méfiance. C'est alors qu'un cercle aux lignes étranges prit naissance sous ses yeux.

eh ?

Et de ce cercle apparut un homme.

...

« EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEH » tu m'ôtes les mots d'la bouche.

Wait wait wait. Wait. Le polonais s'aperçut qu'il avait la bouche ouverte quand il dut la refermer pour avaler sa salive. Il cligna des yeux pendant un temps, puis se les frotta avec force. Un rêve ? Une hallucination ? T'as fumé c'matin ? Normalement les effets se sont déjà dissipés ! Mais t'as aussi fumé hier soir ? Beaucoup ? La fumette sur le long terme te fait perdre la tête ? Faudrait peut-être faire une pause. Nique sa mère, tu n'fumeras plus jamais (joke). Quand il les rouvrit, le gars était toujours là. Un p'tit gus, qui au max devait avoir la vingtaine, pas plus.

« Oy, enfoiré ! J'peux savoir d'où tu sors comme ça ??! » gueula le blond qui ne tarde jamais à se ressaisir. Seulement, mon petit Staz, es-tu sûr de vouloir obtenir une réponse ? Imagine que ce gars soit réel. Qu'il ne soit pas une hallucination. Qu'est-ce que tu f'rais ?

« Finalement j'veux pas l'savoir !! » Ha j'me disais. « J'suis en train d'halluciner, j'ai trop fumé ou quoi ?... Peu importe ! J'me casse et quand j'reviens, t'auras disparu hallucination d'merde ! »

Et sur ces mots il fit volte face et claqua la porte derrière lui sans laisser une occasion à son "hallucination" de répondre. Quand il revint quelques minutes plus tard, il n'y avait effectivement plus personne.



__. Présentement

Cette soudaine apparition avait hanté le garçon tout le reste de la journée. Même s'il refusait de l'admettre, il était complètement flippé. Donc maintenant y'a des gadjo qui se promènent oklm dans des cercles, c'est ça ? Non non non. Apparition fantastique ? Surnaturel ? Magie ? Staz avait bien vite chassé ces hypothèses. Il fumait beaucoup trop ces derniers temps. Il craignait que la beuh ne lui ait grillé le cerveau... Mais est-ce seulement possible ? Bordel...

Pour s'apaiser après cette journée de rumination, la tignasse blonde décida de s'échouer lamentablement dans un bar quelconque. La scène ne cessait de se rejouer devant ses yeux. Et s'il devenait fou ? Fait chier.

||*|

Il devait être 21 heures. Staz descendait une bière au fond de la pièce. Tout se passa très vite. Des types cagoulés déboulèrent de nul part et jetèrent quatre projectiles enflammés à l'intérieur du bar avant de s'enfuir. Le sang du polonais ne fit qu'un tour. Des cocktails Molotov.  

Des types venaient d'entrer et... Avaient décidé... De foutre le feu ... ? En piégeant ceux qui sont à l'intérieur ?

Putain mais c'est une blague !
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 19/03/2017

Plumes : 40

Localisation : Dans la paperasse ou ailleurs...

avatar
Uryan Eòlas
CONSEILLER DES TACTIQUES OFFENSIVES MAGIQUES

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Jeu 20 Juil - 18:14

Détonation
ft. Staz L. Najder Bar incendié à Las vegas
Et dire que la veille, des piles de paperasses trônaient sur le majestueux bureau en bois massif... Uryan ressentait une certaine satisfaction à n'y voir désormais plus qu'une lettre, dont l'enveloppe avait été éventrée à l'aide d'un petit couteau.

Une fois le papier en question entre les doigts, l'archange s'en alla fermer la fenêtre qui, jusqu'alors, avait laissé circuler un vent frais à l'odeur délicatement boisée. De nouveau, il survolait les lignes du regard, tandis que ses jambes le guidaient à une autre pièce de ses appartements.

C'était une invitation à une conférence sur les artichauts pardi une demande d'escorte. Exceptionnellement, Uryan devait veiller sur un collègue, le conseiller Gwenaël. Le pauvre blondinet se faisait parfois harceler et sa carrière artistique dans le monde des humains ne lui conféraient certainement pas que des avantages... Uryan préféra ne prendre qu'un seul subalterne avec lui, au cas où un imprévu se produirait, l'obligeant à détourner son attention de Gwenaël.

Rangeant la feuille dans une poche, Uryan se tint devant son miroir. Il ferma les yeux et se concentra sur l'apparence qu'il allait devoir revêtir dans le monde des humains. Doucement ses traits changèrent et ses habits furent autres. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il observa le reflet d'un jeune homme aux cheveux sombres et aux yeux verts. Sa tenue paraissait excentrique au Paradis, mais était d'une grande banalité sur Terre...

L'ange récita quelques paroles avant de faire apparaître un cercle complexe aux multiples symboles. Le dessin émit une forte lueur qui baigna un instant la pièce dans la lumière. Quelques instants plus tard, Uryan avait traversé le portail, se retrouvant dans une ruelle sombre, à la limite du morbide.

A première vue, elle était déserte. Lors de ce genre d'excursion, un ange devait toujours prendre soin à ce qu'il y ait peu de témoins, voire pas du tout. D'après ses calculs, aucun curieux n'aurait dû le voir apparaître, sortant d'un mur. Peut-être avait-il trop tardé ? Peut-être était-il en retard d'à peine une seconde ?

Il entendit brailler un peu plus loin.

Uryan n'avait pas bougé d'un centimètre, laissant l'inconnu rêver les yeux ouverts. Il l'observait du coin de l'oeil, calme et impassible. Le jeune homme ne semblait pas croire ce qu'il venait d’apercevoir, ce qui au fond, n'était pas plus mal. Au pire, Uryan serait confondu avec ce célèbre personnage imaginaire : le Passe-muraille. La tête brûlée finit par s'éloigner pour disparaître derrière une porte bruyamment refermée - il y eut un écho dans la ruelle.

Le noiraud laissa échapper une léger soupire avant de se mettre en marche vers une certaine destination, oubliant le visage surpris qu'il avait découvert. Il fallait régler quelques préparatifs avec l'ange qui l'accompagnait pour cette escorte.

La journée se déroula sans encombres. Alors que 21 heures sonnaient dans la ville, Uryan s'accordait un petit tête-à-tête avec un café. L'escorte s'opérant deux heures plus tard, après la représentation de Maël, l'ange déguisé s'accordait une petite pause.

C'était un bar banal, mais sympathique. Ce n'était pas son préféré, mais il se trouvait à deux pâtés de maisons de la salle de spectacle. Que demander de mieux ? Uryan se pensait au calme...

Bien qu'il ne soit pas humain, il n'aurait pas pu prédire les événements qui s'enchaînaient à ses dépens. Tout se passa très vite. Une porte qui s'ouvre. Beaucoup de bruit. Des cris. Le feu qui crépitent... En l'espace d'un instant, l'incendie garda prisonniers la clientèle du bar et ses employés.

Quelques personnes avaient pu s'échapper par la sortie de secours, mais rapidement, une poutre vint bloquer le passage dans un grand fracas. Le feu s'était propagé vite, beaucoup trop vite.

A contrario de la poignée de personnes encore piégées dans le bar, Uryan semblait anormalement calme. En réalité, il n'avait pas envisagé une telle attaque et s'était fait surprendre comme tout le monde. Cependant, il savait que sa vie n'était pas menacée. Celle des autres, c'était une tout autre paire de manches... Cette attaque n'avait aucun sens et suffit à le convaincre de sauver le plus d'humains possibles.

Rapidement, le noiraud remarqua une fenêtre encerclée par quelques flammes, mais accessible. Il s'empara d'une chaise et la balança contre les carreaux. Avec un morceau de bois qui lui servit de bâton solide, il agrandit l'ouverture.

- Vite ! Sortez ! hurla-t-il, se mettant de côté et invitant les personnes à s'enfuir au plus vite. Ces dernières ne se firent pas priées et se ruèrent sur leur seule issue.

Très vite, l'endroit se vida. Il y avait quelques blessés, mais le nombre possible de morts se réduisait chaque seconde. Malheureusement, en contre-partie, les flammes se faisaient plus denses et menaçantes autour de cette fenêtre. Un homme passa difficilement la fenêtre. Uryan le poussa, quitte à lui causer des blessures superficielles supplémentaires, avant que le feu ne bloque complètement l'accès à l'extérieur. Fixant sa main, Uryan constata que le dos de cette dernière était brûlée au deuxième degré. Il allait devoir faire plus attention s'il ne souhaitait pas que ses capacités d'ange et de régénération passent inaperçues.

Désormais, ils n'étaient plus que quatre encore présents dans le bar ; lui-même, une employée, un client et... Le brailleur de ce matin. Quelle coïncidence...

- Nous allons trouver une autre sortie, restez calmes et accroupissez-vous, tenta d'apaiser Uryan d'une voix qui se voulait rassurante et sérieuse.

Encore debout, il sonda les alentours. C'était mal partie...


@DDS

~~~~~~


EÒLAS Uryan
archange

FICHERELATIONS ▼ RPs : 2/3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddarkspring.tumblr.com

Maitre Jedi des Casseroles

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 119

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
Maitre Jedi des Casseroles

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Sam 22 Juil - 14:40


« FIRE »
And fucking garbage scream out what will save us.


Les malheurs arrivent sans raison et la mort frappe au hasard, n'importe qui, n'importe quand. Pour Staz, il n'y a pas de "grand dessein". Tout le monde n'est pas né sous la même étoile, voilà tout. Certains vivront une vie paisible, d'autres se feront faucher par un bus un beau jour en allant travailler et d'autres encore se retrouvont piégés dans un bar en flammes alors qu'ils venaient simplement se détendre. Comme à l'accoutumé. Seule la chance régit notre vie.

Et de chance, Staz n'en a jamais vraiment eu. Si par un extraordinaire coup du sort il existerait une réelle force qui se rapprocherait de l'image que l'on se fait d'un dieu, pourquoi serait-il forcément bon et non pas sadique ? Dans cette éventualité, il ne resterait plus qu'à prier qu'il ne nous remarque pas et tenter de s'en sortir tant bien que mal lorsqu'il décidera, pour s'amuser ou passer l'temps, de donner un bon gros coup d'pied dans la fourmilière et voir une multitude de petites bestioles s'agiter dans tous les sens et crever sous ses yeux.  

Quoiqu'il puisse y avoir là-haut, aujourd'hui, il devait vraiment se taper des barres.

Le feu ravageait l'établissement. Les cris apeurés et désespérés retentissaient de part et d'autre à vous en briser les tympans. Par miracle, mais encore une fois surtout par chance, certains avaient eu la vivacité de s'échapper par la porte avant que celle-ci ne soit complètement obstruée. Staz, pourtant vif d'esprit malgré ses airs de gros lourdaud, se retrouva comme figé. Transformé en statue de sel. C'était un dur à cuire. Mais quel humain saint d'esprit ne serait pas terrifié et désemparé face à l'insatiabilité des flammes ? Personne n'est immortel et la torche humaine n'existe pas.

Se laissant porter par un mouvement de foule en panique, Staz se retrouva mystérieusement pantois au milieu de la pièce, scrutant les visages qui s'agitaient autour de lui, la couleur de ses prunelles se confondant avec celle des flammes, piégé dans un état d'affolement hébété. Si étourdi qu'il fut indifférent à la chaleur écrasante qui flirtait avec son visage, émanante de cette fournaise qui frémissait avec impétuosité. Si étourdi qu'il fut indifférent au fait qu'il ne la ressentait pas.

Sans trop saisir le déroulement des événements qui s'étaient enchaînés avec rapidité, soudainement ils ne furent plus que quatre dans la pièce.

- Nous allons trouver une autre sortie, restez calmes et accroupissez-vous.

Perçu dans un premier temps comme un bourdonnement lointain, Staz s'éxecuta sans y penser. Puis, machinalement, il releva les yeux. La seconde d'après il était à nouveau debout.

« TOI ! » s'écria t-il, désarçonné.

*L-ll-lu-... LUI !! Qu'est-ce qu'il fout là cet enfoiré de passe-muraille ???!!!*

« Enfoiré... » siffla t-il entre ses dents. L'espace d'un instant, il oublia la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait.

Ce gars n'est pas censé exister, ce n'est qu'une putain d'hallucination. Rien de plus. A moins que... A moins qu'tu délires ?? Oui, c'est ça, la peur te fait perdre la tête... Mais non, il est bien là. Merde merde MERDE !!

Jurant une fois de plus, le p'tit ébouriffé s'accroupit à nouveau. Il se sentait complètement perdu et il détestait ça. Néanmoins, la vision de ce noiraud étrangement calme lui fit l'effet d'un électrochoc. Bien, te revoilà parmi nous, mon p'tit Staz. Nerveusement, le blondinet se mit à scruter les alentours avec empressement. Si pendant un temps il n'avait pas eu conscience de l'urgence de la situation, à présent elle lui revenait en pleine face en bon vieux boomerang vengeur mais pas masqué. Il devait... Il devait absolument vérifier si son hallucination était bien faite de chair et de sang... Mais pour ça, ils devaient s'en sortir vivants.

*Ca m'gonfle ça m'gonfle ça m'gonfle ça m'gonfle ç'a m'gon-...*

L'esprit du polonais tournait à présent à plein régime, lorsqu'il aperçut une autre porte. En haut. Il devait certainement y avoir les appartements du propriétaire à l'étage. Qui sait si c'était vraiment une bonne idée... Mais s'ils s'attardaient ici, ils étaient sûrs d'y laisser leur peau.

« Là... ! Y'a une porte !! » s'exclama le garçon.

" O-oui, y'a un étage... " répondit maladroitement l'employée. Quelle conne, elle aurait pu le dire plus tôt.

Ni une ni deux, Staz fut à nouveau sur ses jambes. « ET c'est maintenant que l'dis !!! » gronda t-il hors de lui. Ils devaient au moins gagner du temps. A tout prix.

Et cet enfoiré de dieu, s'il venait vraiment à exister, il pouvait toujours s'brosser pour que Staz se laisse gentiment transformer en steak carbonisé.

©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 19/03/2017

Plumes : 40

Localisation : Dans la paperasse ou ailleurs...

avatar
Uryan Eòlas
CONSEILLER DES TACTIQUES OFFENSIVES MAGIQUES

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Dim 13 Aoû - 21:47

Détonation
ft. Staz L. Najder Bar incendié à Las vegas
Cela faisait plusieurs minutes que le feu s'était déclaré et aucun secours extérieur ne s'était manifesté. A chaque instant, le feu gagnait en terrain et à son grand désarroi, l'archange remarqua qu'il n'y avait plus aucune issue à ce rez-de-chaussée. Il allait être compliqué de sortir du bâtiment sans user d'un quelconque pouvoir.

Au moins, à son grand soulagement, Uryan constata que les trois inconnus s'accroupirent sans broncher. Ayant l'apparence d'un ado-adulte, il se demandait s'ils allaient prendre ses conseils avec sérieux ou alors le remballer en beauté, paniqués par la situation. Fort heureusement, le danger donnait du sens à ses propos et semblait favoriser une légère cohésion de groupe. Très légère. Même très, très légère. Subtile et si temporaire...

- TOI !

S'accroupissant à son tour pour ne pas éveiller des soupçons inutiles, Uryan posa son regard sur la tête blonde qui venait de l'interpeller. Le jeune humain de la matinée semblait l'avoir reconnu et lui balançait quelques jolis mots grossiers. Pourquoi pas. Uryan l'observait d'une mine blasée et fatiguée. En revanche, s'il ne se calmait pas, la situation risquerait de devenir problématique et embarrassante.

Soudain, sans crier gare, il pointa une porte qui semblait mener au premier étage du bâtiment. Après confirmation de l'employée du bar, la tête brûlée se mit à lui crier dessus. Uryan soupira. A défaut de les sauver, monter à l'étage devrait leur faire gagner du temps.

- Dépêchons-nous, dans ce cas. Montons.

Ces paroles produisirent un déclic chez l'un des inconnus - qui n'était pas le blondin - il monta directement, sans poser plus de question. Le noiraud, quant à lui, accompagna la serveuse tout en tentant de la rassurer au mieux.

Ladite porte, en partie camouflée par le bar, donnait sur un escalier qu'ils s'empressèrent de gravir. Une fois à l'étage, une autre porte se présentait à eux, plus massive et surtout, verrouillée. L'homme qui avait pris un peu d'avance paniqua à son tour, ne cessant d'appuyer brutalement sur la poignée. A ce rythme, il allait se retrouver avec cette dernière dans les mains...

- Ce sont les appartements du patron, mais si on n'a pas les clefs, alors-alors... annonça l'employée d'une petite voix et au bord des larmes. Elle n'osait pas finir sa phrase et ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil par-dessus son épaules. Les flammes n'étaient pas encore sur le petit groupe, mais il ne s'agissait là, que d'une question de temps.

Le visage toujours peint d'un calme déconcertant, Uryan se saisit de la main de la demoiselle et l'enveloppa des deux siennes. Il l'observa, se voulant rassurant. Il la regardait et pourtant son attention semblait ailleurs. A première vue, il semblait jouer les Don Juan lors d'une situation de crise et pourtant... La réalité était autre.

- Calmez-vous. Il ne faut pas perdre espoir, les secours vont bientôt arriver.

Ennuyé par ces derniers événements, l'archange avait décidé de faire brièvement appel à ses pouvoirs. Rassurer cette humaine n'était qu'une mascarade lui permettant de se concentrer. Il manipulait quelques cristaux de glace, à distance, qui s'étaient immiscés dans le mécanisme de la serrure, dans l'unique but d'ouvrir rapidement la porte. A peine avait-il finit sa tirade que...

Clic.

- Oh putain, j'ai réussi ! C'est ouvert ! s'exclama le monsieur en poussant violemment la porte. Son visage s'était illuminé alors que la poignée lui avait laissé une belle marque rouge sur les mains. Il fut le premier à entrer dans l'appartement.

Uryan poussa doucement l'employée vers l'entrée et attendit que la tête brûlée ne s'y engouffre à son tour, histoire de s'assurer que tout le monde était en sécurité.


@DDS

~~~~~~


EÒLAS Uryan
archange

FICHERELATIONS ▼ RPs : 2/3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddarkspring.tumblr.com

Maitre Jedi des Casseroles

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 119

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
Maitre Jedi des Casseroles

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Mar 22 Aoû - 11:23


« FIRE »
And fucking garbage scream out what will save us.



Pressé par la situation, le valeureux petit groupe s'empressa de saisir l'occasion de gagner du temps que Staz leur avait dégotée. Si jusqu'à présent la modeste vie de notre polonais international s'était montrée morne et ennuyeuse, en soi tout-à-fait convenable, son petit train-train quotidien s'était soudainement accéléré au cours des derniers mois. Indépendamment de sa propre volonté, même si parfois il forçait le destin (mais ça, ça reste entre nous), Staz papillonnait d'un merdier à l'autre et s'en sortait in extremis uniquement grâce à cette vieille branche d'instinct de survie - et aussi grâce à une bonne dose 'd'explosive attitude'.

Une fois de plus la tornade blonde allait devoir se démener pour sauver sa royale chevelure et nous chopper un miracle par la peau du cou pour le sortir tout droit du trou du cul d’l’enfer.

Précédé par l'un de ses compagnons de fortune, Staz gravit les marches quatre par quatre et se trouva nez à poignée avec une porte. Une belle et somptueuse porte. Fermée, bien évidemment.

* Tch *

« Bouge. » souffla t-il à l’homme qui s’acharnait désespérément sur la poignée, quitte à se retrouver avec la porte dans la main. Attendre bien sagement qu’Hodor, qui semblait bien déterminé à ne pas les laisser entrer, daigne enfin bouger sa grosse carcasse était chose impossible pour le jeune ébouriffé. Fallait qu’il s’excite sur cette putain de porte lui aussi, histoire de montrer qu’il était là. Seulement, voilà, son esprit n’était pas vraiment à ce qu’il faisait. Le garçon ne pouvait s’empêcher de jeter des regards en arrière comme pour vérifier que le petit d’homme qui les accompagnait n’avait pas disparu. Dans un cercle d’mes deux, accessoirement. Mais non, il était toujours là, à tenter de rassurer sa gente dame. Une grimace déforma les traits de son si doux visage, comme si c’était le moment de jouer les preux chevaliers. Sans s’en rendre, obnubilé par le noiraud sorti du bus magique, Staz avait complètement cessé de bouger, les mains toujours vissées sur cette foutue poignée, la tête tournée en arrière. Alors petit d’homme, on s’sent observé ? Voyant que le blondin n’était plus à ce qu’il faisait, l’autre homme, que nous appellerons José pour faciliter la suite de ce rp, le repoussa pour reprendre les commandes.

Se laissant faire sans montrer les dents, pour une fois, le regard de Staz se porta sur le bas des escaliers. Les flammes ne leur chatouillaient pas encore le lobe des oreilles, mais cela ne saurait tarder. Outre le feu qui gagnait en vigueur, la fumée, de plus en plus épaisse, posait un gros problème. S’ils ne mourraient pas carbonisés, la vilaine s’empressera de leur voler un poumon pour le revendre sur le bon coin. En théorie, car pour le moment, cette fumée brouillait plus sa vision qu’elle ne l’empêchait de respirer.

Quand un clic distinctif retint son attention. Ça y est, la gueuse avait cédé sous l’acharnement de ce bon vieux José. La poignée étant chauffée à blanc, ses mains en avaient pris un sacré coup. Doucement, Staz jeta un coup d’œil à la paume des siennes. Sa peau était à peine rosie. Mhh.. Bah, peut-être était-ce parce qu’il avait œuvré à la tâche moins longtemps ? Qu’importe.

Les quatre survivalistes s’engouffrèrent dans la pièce qui avait toutes les allures d’un bureau à l’atmosphère étouffante d’un jour de canicule. A peine eurent-ils refermé la porte que Staz basculait en mode « survie à tout prix ». Devait bien y avoir un truc ici qui leur permettrait de sauver leur peau non? Espoir quand tu nous tiens. Ses prunelles se reportèrent une fois de plus sur ce mystérieux jeune homme. Le détaillant avec insistance. Encore. Si Staz n’avait pas rêvé, ce petit d’homme aurait vite fait de se tailler d’ici. Mais il n’était pas encore assez con pour lui demander des comptes devant les deux autres zigotos qui commençaient à tousser.

« Minute papillon » Dit-il en s’adressant à l’employée qui commençait sérieusement à lui casser les couilles à pleurnicher. « Tu travailles ici, non ? Et genre, vous avez pas d’extincteur ? »
En fait, c’est la première chose à laquelle ils auraient dû penser. Normalement, y’en a toujours un qui traîne quelque part non ? Surtout dans un endroit clos et publique.

‘ Euh… Si… Si, y’en a un derrière le bar je crois...’

« Tss. » siffla t-il au lieu de s’en prendre à elle une fois de plus, bien que ce simple son suffit à faire tout l’étalage de sa pensée. Allez savoir dans quel état était ce fichu bar… Mais une autre préoccupation bien plus alarmante prenait doucement place dans l’esprit du polonais. L’alcool. Ça doit bien brûler cette merde non ? Ou c’est juste l’alcool à brûler qui brûle ? Tss. Voilà une autre question existentielle à poser à notre bien aimé google un soir d’insomnie. M’enfin, si le pire s’avérait, cet endroit ne devrait pas tarder à se transformer en un joyeux feu d’artifices.

« Gówno (merde) » jura t-il à sa propre intention.

Serrant les poings et les dents, le polonais se retourna vers la porte. Il hésitait clairement à s’le chercher, cet extincteur de merde, même s’il ne risquait pas de mettre fin au brasier avec. Au moins pourra t-il ralentir les flammes à l’entrée de l’étage ? Fait chier. Ce n’était vraiment pas son style de flipper en silence. L’adrénaline le pousse toujours à faire tout et n’importe quoi. C’est ainsi qu’il posa à nouveau la main sur la poignée pour dévaler l’escalier.

- qu’est-ce tu fous !! s’exclama José.

« Ta gueule ! » lui répondit la tête brûlée.

Mais qu’il est con...


©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 19/03/2017

Plumes : 40

Localisation : Dans la paperasse ou ailleurs...

avatar
Uryan Eòlas
CONSEILLER DES TACTIQUES OFFENSIVES MAGIQUES

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Mer 13 Sep - 11:52

Détonation
ft. Staz L. Najder Bar incendié à Las vegas
Une fois la porte refermée sur le petit groupe, Uryan se hâta d’explorer rapidement l’appartement, laissant l’employée et les deux hommes derrière lui. L’habitation n’était pas spécialement grande, ce qui facilitait la recherche d’objets potentiellement utiles à leur survie, le temps que les secours n’arrivent. Cependant, cette taille offrait un horrible inconvéniant : ils allaient être rapidement pris d’assaut par la fumée de l’incendie.

Préférant optimiser le temps mis à sa disposition plutôt que de paniquer ou de se poser des questions existentielles, le noiraud se pressa vers une fenêtre bien particulière qui donnait sur l’arrière du bâtiment. Au travers d’elle, on pouvait clairement voir les lumières du voisinage. La fumée ne semblait pas être dense à cet endroit et aérer l’appartement avec un air plus pur serait un avantage non négligeable. Il ouvrit la fenêtre et s'accorda un moment pour vérifier s’il n’était pas possible de s’évader. Malheureusement, la réponse fut claire et nette : non.

Ayant rapidement repéré une pièce qui devait être la salle de bain du logement, Uryan s’empara d’une serviette de bain et tenta de l’humidifier sans perdre plus de temps. Si seulement, l’un de ces humains avait un minimum de bon sens et serait venu l’aider, il aurait disposé d’un gain de temps plus raisonnable. Tout serait si simple si l’archange pouvait disposer de ses pouvoirs… Au lieu de cela, il entendait des voix s’élevaient depuis la pièce principale, probablement près de l’entrée. La dispute le perturba un instant, assez longtemps pour qu’il ne se brûle le pouce gauche. L’eau qui jaillissait du robinet était bouillante, certainement à cause de la tuyauterie chauffée par l’incendie au rez-de-chaussé. Il secoua vivement sa main, elle était rouge vive.

Une minute à peine s’était écoulée et Uryan revint vers le groupe avec son linge mouillé. Il comptait calfeutrer la porte, mais “José” et la tête brûlée semblaient avoir les nerfs à vif.

- Nous n’avons pas le temps de nous disputer, il faut calfeutrer la porte.

Quelque peu irrité par l’ambiance générale, Uryan se tourna vers le blondin tout en lui jetant un regard des plus mauvais. Heureusement, ce regard était intense, mais bref. Il reprit contenance instantanément - même s’il en avait oublié le vouvoiement.

- Et toi, tu comptes faire quoi ? Redescendre et aller te suicider ? Si c’est le cas, jette toi par la fenêtre, ça sera plus rapide et tu ne risqueras pas de nous mettre un peu plus en danger en faisant entrer la fumée. L’incendie est devenu ingérable, même moi je ne pourrais pas faire grand chose. Jouer les abrutis ne servira à rien. Compris.

Il y eut un échange de regards, certainement pas l’un des plus plaisants. Uryan se doutait qu’il venait de jeter de l’huile sur le feu. Maintenant il fallait voir comment le blondinet comptait réagir. Allait-il être raisonnable ? Cela serait bien surprenant vu le personnage, tiens...



@DDS

~~~~~~


EÒLAS Uryan
archange

FICHERELATIONS ▼ RPs : 2/3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddarkspring.tumblr.com

Maitre Jedi des Casseroles

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 119

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
Maitre Jedi des Casseroles

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Sam 30 Sep - 20:25


« FIRE »
And fucking garbage scream out what will save us.



Partir chercher un extincteur dans cette situation était bien évidemment une idée à la con. Une idée à la Staz quoi. Le blondinet n’avait pas vraiment idée de ce qu’il se passait là en bas, mais le brasier, déjà important, devait avoir gagné en force. Même les pompiers devraient se montrer prudents, alors lui... Il serait le genre de gars à se jeter dans la gueule du loup par bêtise. La main posée sur la poignée, José était immédiatement venu l’interrompre, rapidement suivi par le garçon que Staz avait dans le collimateur. Ce-dernier ne se fit pas prier pour lui lancer un regard des plus mauvais. Ce à quoi répondit Staz par un grognement sourd.

Le polak’ ne sourcilla pas lorsque le noiraud se chargea de lui remettre les idées en place. Faire entrer le fumée n’était pas une très bonne option, effectivement. A ce moment-là, son regard se porta vers la fenêtre. Autant l’air pur accordait un peu de répit à leurs poumons, autant si les flammes passaient cette porte elles seraient gavées en oxygène. Staz n’y connaissait pas grand chose en appel d’air toussa toussa, mais s’il y avait bien une chose qu’il savait, c’était que plus il y a d’oxygène, plus ça brûle. Tss, ils étaient faits comme des rats, entre autre. Mais outre cette petite réflexion sur l’oxygène et le triangle du feu, c’est un tout autre petit détail qui attira son attention. Petit détail qui pour les deux autres ne rimait certainement à rien, mais qui pour Staz, qui se montrait déjà très suspicieux et méfiant à l’égard de son compagnon d’infortune, avait toute son importance.

«... Même moi je ne pourrais pas faire grand chose...»

Ses prunelles orangées se plantèrent instantanément dans les siennes. Le fixant avec insistance. « Héé... Même toi hein... » grommela t-il, la main toujours vissée sur la poignée. Tout au long de la journée, l’ébouriffé s’était rejoué la scène un millier de fois. Il n’était pas encore certain de ce qu’il avait vu et il n’avait strictement aucune idée de qui ou de ce que pouvait être ce petit enfoiré qui lui tenait tête. Mais ce qui était sûr, c’est qu’ce gosse en face de lui n’était pas net. Il en était convaincu.

* J’t’ai à l’œil * Staz le pensa si fort que le noiraud du percevoir le message.

« Tchh...» siffla t-il alors que José, qui ne captait pas grand chose à l’échange silencieux entre ses deux compagnons, s’empara du bras de Staz pour le faire lâcher la poignée.

- Lâche ça tu vas te brûler ! s’exclama José qui parlait en connaissance de cause.

Étouffant un nouveau grognement de contrariété, Staz repoussa le pauvre petit d’homme d’un vif coup d’épaule et finit par s’éloigner de la porte. Contre toute attente. Tien tien, le blondinet aurait-il eu un accès de lucidité ? Furtivement, il jeta à nouveau un coup d’œil à la paume de sa main. La gueuse se portait à merveille.

« J’vais te la calfeutrer cette putain d’porte...» grogna t-il à sa propre intention tout en se dirigeant vers ce qui ressemblait le plus à une salle de bain.

Seulement, la mauvaise tête de la bande eut à peine le temps de faire quelques pas que ce qu’il avait précédemment redouté arriva. Avec ce brasier qui devenait de plus en plus incontrôlable et tout cet alcool, le pire devait irrémédiablement se produire. Au rez de chaussé, une détonation se fit entendre et un puissant souffle remonta jusqu’à l’étage, s’écrasant violemment contre la porte qui céda sous sa force. José, qui se situait juste en face, fut le premier touché. Le pauvre petit d’homme fut littéralement projeté en arrière, tandis que les cris de l’employée résonnèrent dans toute la pièce et que de voraces flammes s’infiltrèrent à l’intérieur devant nos quatre protagonistes impuissants. Ou presque. Staz, lui aussi tombé à terre fit face à la cruelle vérité. Ils étaient effectivement faits comme des rats.
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 19/03/2017

Plumes : 40

Localisation : Dans la paperasse ou ailleurs...

avatar
Uryan Eòlas
CONSEILLER DES TACTIQUES OFFENSIVES MAGIQUES

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Mer 15 Nov - 21:33

Détonation
ft. Staz L. Najder Bar incendié à Las vegas
Sujet, verbe et complément. C'était de cette manière que n'importe quel être doué de parole construisait ses phrases dans le but de communiquer ses pensées à d'autres individus. Ouvrir la bouche, articuler et marquer le ton. C'était une chose simple et banale, à la portée de n'importe qui. Et pourtant, c'était avec un simple claquement de langue irrité que le blondinet répondit aux reproches d'Uryan. Quelle personne locasse...

Uryan lâcha un long soupir face à cette réaction et à ce regard perçant qui laissaient clairement entrevoir les pensées de cette tête brûlée. Le noiraud n'en tint pas rigueur et alla presser son linge humide au pied de la porte. Ceci fait, il se leva et s'écarta de quelques mètres. Il entendit d'abord les pas de Staz qui s'éloignait bruyamment... Mais un autre bruit provenant du rez-de-chaussée retint tout particulièrement son attention.

Uryan n'eut le temps que d'ouvrir grand les yeux. Lorsqu'il comprit qu'une explosion venait de retentir sous leurs pieds, il était déjà trop tard. Il n'avait rien pu faire.

La puissante déflagration explosa les fenêtres du bar et remonta jusqu'à l'étage, propulsant la porte d'entrée vers l'intérieur de l'appartement. Cette dernière venait de faucher l'un des humains qui l'accompagnait : José. Un genoux à terre et impuissant, Uryan ne put qu'assister au spectacle.

Le blondinet semblait sonné, au sol, tandis que l'employée criait à plein poumon. Le feu grignotait la tapisserie et se propageait rapidement dans la pièce. C'était peine perdue pour ces humains. Quelle tragédie...

Continuant de garder son sang-froid déconcertant, Uryan s'approcha de José qui avait perdu connaissance et qui saignait à l'arrière de la tête. Il n'avait pas encore rendu son dernier souffle. Le noiraud essaya tant bien que mal de le porter par les épaules. Il s'éloigna des flammes, ne pouvant malheureusement pas empêcher ces dernières de les encercler. Il s'accroupit pour chercher un peu d'oxygène, parmi cette fumée noire et gourmande.

- Ne vous laissez pas abattre, j'entends les secours. Restez au sol pour respirer.

Quel piètre mensonge...

A ce stade et contre son éthique, l'archange devait se résoudre à attendre que ces humains tombent dans l'inconscience ou périssent. L'idée de sentir les chairs brûlées lui donnait un peu la nausée. Il secoua la tête. Il ne pouvait rien faire de plus pour eux. Il n'avait pas le droit. Ses années d'existence avaient réduit sa culpabilité au point d'en faire un être quasi insensible. Et pourtant...

L'employée finit par s'évanouir, elle aussi et s'effondra au sol. Uryan ne dit pas un mot. Il ne bougea pas non plus. Seul son regard vint se poser sur Staz, attendant que ce dernier ne s'endorme à son tour, échappant à la douleur et venant dire bonsoir à Morphée.

Si le blondinet finit inconscient, Uryan pourrait éventuellement agir. Étrangement, il était prêt à faire preuve d'un peu de compassion, de les sauver in extremis et de s'éclipser avant que quelqu'un n'apperçoive ses ailes. S'il agissait rapidement, il repartirait sans la moindre trace de culpabilité.

Des plumes bleutées tombaient avec légèreté et vinrent se poser au sol. Uryan continuait de fixer l'humain dans le blanc des yeux, laissant apparaître une douce aura. A ce stade, son interlocuteur ne devait plus comprendre grand chose, son cerveau manquant certainement d’oxygène.

La poutre apparente au dessus de leur tête commençait à craquer, rongée par l'incendie. Quelques braises tombaient au sol et sur eux. Les flammes s’approchaient, elles n’étaient plus qu’à un mètre du petit ébouriffé, lui chatouillant les baskets.

- Endors-toi, bon sang… marmonna-t-il, prêt à bondir vers la jeune femme.




HRP : Et oui... Un mois et demi de retard... On ouvre le champagne ? /PAN/ Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai complètement bloqué sur ce rp. J'espère que cela ne t'aura pas trop découragé. S'il y a quelque chose que tu n'as pas compris, n'hésite pas à me faire signe. Bisouilles.

@DDS

~~~~~~


EÒLAS Uryan
archange

FICHERELATIONS ▼ RPs : 2/3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddarkspring.tumblr.com

Maitre Jedi des Casseroles

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 119

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
Maitre Jedi des Casseroles

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   Lun 20 Nov - 1:45


« FIRE »
And fucking garbage scream out what will save us.



Subitement, alors que le petit groupe tentait vainement de gagner du temps, les événements prirent une tournure des plus désastreuses. Une explosion avait eu lieu à l'étage inférieur, son souffle remontant jusqu'à eux et emportant José sur son passage. Sous le choc, Staz était lui aussi tombé à terre. Il contemplait à présent les flammes qui s'engouffraient avec appétit, impuissant, tandis que le jeunot pas net tentait de sauver José de son triste sort. Le temps sembla s'arrêter, les cris de désespoir de l'employée lui paraissaient soudainement lointain. Alors là... Sans l'intervention d'une bonne étoile ils allaient tous y passer. Manque de bol, de bonne étoile, Staz n'en a jamais eu.

- Ne vous laissez pas abattre, j'entends les secours. Restez au sol pour respirer.

Pff, à d'autres. Allez savoir c'que foutaient ces crétins d'Fireman, mais ils n'étaient certainement pas sur le point de débarquer.

« Tch... »

Le cul vissé au sol, Staz fit face à la cruelle vérité. C'était la fin. Voilà des années qu'il ne s'était pas senti aussi vulnérable. La peur commençait petit à petit à le gagner. Peu importe son fort caractère ou sa nature explosive... Il était humain. Il était vivant et comme tout ce qui vit, il devait crever un jour. Et ce jour était arrivé. Putain. Plus que de la peur, il bouillait littéralement de rage, ignorant la faucheuse qui lui faisait des petits signes de mains au loin. Ouais, arrogant jusqu'au bout. Très rapidement, ils furent encerclés par les flammes sadiques qui grignotaient l'espace avec une lenteur qu'on aurait dit calculée. En pauvres petits agneaux, nos quatre protagonistes avaient le temps de voir la mort arriver.

Asphyxiée par la fumée, l'employée rejoignit José et sombra dans un coma profond. Au moins ils échapperaient à la douleur. Il ne restait plus que Staz et le noiraud qui se fixaient sans ciller. Même fait comme un rat, cet enfoiré restait de marbre. Quand quelque chose frappa Staz. La chaleur. Il ne la ressentait pas. La fumée l'incommodait, mais ne l'empêchait pas de respirer. Comme auparavant, lorsque l'incendie s'était déclenché sauf que cette fois-ci... Il en était pleinement conscient... Que ?... Les yeux ronds comme des soucoupes, il se mit à contempler les flammes, ses iris se confondant une fois de plus avec elles.  Il déglutit. Merde. C'est quoi ces conneries ?! Encore un tour de passe-passe de l'adrénaline ?

« Tu déconnes... » murmura t-il. Les flammes n'étaient pourtant qu'à quelques centimètres de lui.

Hypnotisé, Staz tendit sa main dans leur direction, jusqu'à l'y engouffrer totalement. La gueuse se réchauffa, mais à aucun moment un râle de douleur ne franchit le seuil de ses lèvres. Wesh.

* BORDEL DE.. HEEEIIIIN ?!!! *

La stupéfaction se lut sur son visage tandis qu'il retira sa main des flammes, la fixant à la fois abasourdi et horrifié. Ses mirettes choisirent cet instant pour se reporter sur son vis-à-vis, ce qu'il vit lui troua l'cul. Pour rester poli. Des plumes bleutées émanaient de lui et virevoltaient avec légèreté. Nan mais là les gars stop, ça commence à faire beaucoup. Immédiatement, le blondinet repensa à ce qu'il avait vu. Il se frotta les yeux avec force comme pour s'assurer qu'il ne rêvait pas et s'exclama :

« J'LE SAVAIS QUE T'ETAIS PAS NET BORDEL ! »

Ça sort du trou du cul du monde, ça chie des plumes... On est où j'vous le demande ?! Chose peu courante, des tas d'mots voulurent s'échapper en même temps de la bouche de Staz, si bien qu'il ne parvint à en articuler aucun.

« Tu, mais c'est... quoi, p'tain... RAH MERDRE ! » gronda t-il en enfouissant son visage dans ses mains. Deux secondes plus tard il se gifla lui-même pour se remettre les idées en place. Il était en train de commettre une énorme erreur : réfléchir. Dans ce genre de situation, Staz ne réfléchit jamais. Ses neurones se déconnectent et dans ce cas précis, il n'avait clairement pas le temps de gamberger. L'polak rangea toutes ses incompréhensions dans un coin de sa tête et se redressa :

« J'sais pas qui t'es, mais y'a moyen que tu nous sortes d'ici... J'en suis sûr... » dit-il en le transperçant de ses prunelles enflammées. « Ou au moins ces deux-là si t'aimes pas ma gueule. » fit-il en esquissant un bref signe de tête vers les deux inconscients. Au grand dieu non, Staz n'avait aucunement l'intention de jouer les martyres. Mais il devait se rendre à l'évidence :

« J'brûle pas. »
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Detonation || feat. Uryan || 19 Décembre 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 19 décembre 2014
» [Open de la Bordure Extérieure] Nantes - Informations Générales et Inscriptions 6/7 Décembre 2014
» [Open de la Bordure Extérieure] Nantes - Discussions Générales - 6-7 Décembre 2014
» Décembre 2014
» Recensement de Décembre 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISMADD ::  Le monde des hommes  :: Las Vegas :: Centre-Ville :: Bars-
Sauter vers: