Vous voici dans un monde où les anges contrôlent l'équilibre du monde, complotent, au dépend de toutes les races tant que l'équilibre est conservé. Que serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Animation n°1 : Les fêtes en folie !
Soirée à thème anges/démons au bar the mystic : 15 déc. ouvert !
Discours de Lilith : 5déc. - Terminé-
○ Parade du paradis, ouverture fin de semaine.
Postes courts (ou non).

Partagez | 
 

 Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Mar 1 Aoû - 20:11

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days



Tic. Toc. Tic. Toc. Tourne le temps.
Plic. Ploc. Plic. Ploc. Goutte le sang.
Le dernier cobaye en date ne ressemblait même plus à rien. Quelques parties de lui seraient conservées, le reste jeté. La Crapule nettoyait et rangeait sagement son matériel. Le temps que les quelques liquides encore répandus sur le sol passent au travers des grilles menant aux égouts, il gardait son masque. Parfois il croisait son reflet dans certains de ses objets. Il astiquait minutieusement les plus fragiles et rinçait d'autres matériaux dans un très grand évier. Il allait devoir voler de nouvelles pinces, les siennes commençaient à rouiller. La Crapule jouait un peu avec celle ci, puis les déposait sur une serviette propre, sur son plan de travail.

C'était toujours la même rengaine. C'est ce qu'il appréciait. Durant le premier jour il teste le mental, jongle avec les nerfs, puis les deux suivants il attaque le physique. Le quatrième jour il récupère ce qu'il peut, se débarrasse de ce qui ne l'intéresse pas où est trop abîmé, puis il nettoie de fond en comble. Le tout était toujours intact, propre. Pas une seule micro-poussière. Son laboratoire était son sanctuaire, son terrain de jeu. La mélodie changeait parfois mais finalement le résultat restait identique aux précédents. Des suppliques, des prières, des insultes, la résignation, la peur, la colère, puis les hurlements. Ce disque là ne se rayait pas. La Crapule en connaissait toutes les pistes.

Actuellement, une douce odeur de vanille flottait dans l'air. C'était un peu plus féminin qu'à l'accoutumée. Certainement le flacon qu'il avait trouvé dans le sac de sa victime. Cette dernière n'avait pas mauvais goût on dirait...

Le scientifique allait quitter les lieux. Il éteignait toutes les lampes puis remontait en laissant glisser sa main sur la rambarde. Il était temps de se changer. Ce soir la lune est couverte par quelques nuages mais il est possible de distinguer quelques étoiles. William ôtait son masque pour inspirer un grand coup. Durant les prochaines heures, le brun profiterait des rues presque désertes. Il identifierait quelques personnes au hasard, les jaugerais, admirerait un peu les lieux, puis plus tard, il se déciderait. Fort heureusement l'être humain se multiplie facilement. Il pourrait faire son choix aisément. Il n'en manquera jamais. Retirer une tâche sur un fond noir est à peine visible après tout. Les gens ne s'imaginent jamais être les prochains sur une liste pas encore écrite.

William, à peine le pied posé hors de chez lui, songeait déjà à ce qu'il pourrait faire prochainement quand, à la sortie d'une petite impasse, une tête blonde le percutait violemment. Lui, reprenait vite son équilibre, mais qu'en était il de l'objet qui venait de le bousculer? Un sourire en croissant de lune gravé sur le visage, William lui lançait une remarque:

- Encore toi? Tu ne peux décidément pas te passer de moi.

Oh oui. Celui là, il s'en rappelait parfaitement. C'était le jeune irrito. Sa patience n'avait d'égale que sa voix douce et fluette. Autrement dit, deux choses inexistantes chez lui. Une tignasse en pétard et une tenue négligée, un regard mauvais avec de la haine infusée dans les veines... pas de doute.

- Il faudra peut être me donner ton nom un jour, monsieur-je-suis-énervé-en-permanence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Mar 1 Aoû - 23:55


« I had a dream about you »
You died.



Une moto. Ouais. Staz rêvait de s'offrir une moto. Mais ce n'était pas avec son petit salaire de maître incontesté des casseroles et autres ustensiles de cuisine qu'il allait pouvoir se l'offrir. Je déclare donc officiellement le retour de notre dealer des bacs à sable. Mine de rien, le polonais menait rondement son affaire et petit à petit il parvenait à faire grossir sa cagnotte personnelle. Voilà de quoi lui arracher l'ébauche d'un sourire. Comme par miracle, la sale bête réalisa même l'exploit de se faire apprécier par certains de ses consommateurs. Son tempérament fait de flammes avait de quoi en amuser certains. Ainsi, la bestiole se retrouvait parfois à squatter chez quelques-unes de ses connaissances, tirant sur le calumet de la paix. Un peu comme ce soir. M'enfin, pas que je veuille casser l'ambiance, mais il commence à se faire tard mon petit Staz. Il est grand temps de te bouger l'cul.

*ggnnhhhhh*

Allez, en avant mauvaise troupe ! Après quelques grognements de mécontentement et beaucoup de mauvaise volonté, Staz finit tout d'même par se lever, saluant brièvement ses compatriotes d'un soir, puis quitta l'appartement enfumé.

« oooouuuuuaaaaaaaahh » Staz, la main devant la bouche quand on baille, personne ne souhaite faire le descriptif de tes amygdales. Même pas moi. (ha, bonjour, je suis le narrateur)

La lune était déjà bien pleine lorsque la tête blonde s'était enfin décidée à fouler le sol des ruelles de Las Vegas. Traîner dans les rues comme ça, ça m'rappelle des souvenirs, pas toi ?

*mouai.*

Manque plus que la bande de guignoles qui te suivait H24 pour retourner comme au bon vieux temps. Je me demande encore pourquoi cette clique de gros intelligents s'évertuait à te coller aux basques d'ailleurs. Après réflexion faut dire que tu leur ressembles. Tiens, c'est là. Tourne à droite. Tourne à droite j'te dis. Mais putain Staz tourne à droite !!

*j'tourne à gauche*

Crétin. Toujours à m'emmerder. Et t'es fier en plus !!

« PUT-.. ! » Tu vois, t'aurais mieux fait de tourner à droite. Etouffant un grondement exaspéré et manquant de vaciller - à peine - ses mirettes orangées se posèrent sur l'âme errante qu'il avait eu le malheur de percuter.

- Encore toi? Tu ne peux décidément pas te passer de moi.

Grand dieu non, tout mais pas lui.

« Kurwa.. *! » jura t-il en polonais, sifflant entre ses dents.

Très peu de personnes ont réussi à marquer le jeune homme, mais lui, il l'avait instantanément reconnu. Cette tronche de tocard... Ouais, les deux hommes s'étaient déjà croisés à plusieurs reprises et Staz avait une folle envie d'imprimer son piètre faciès dans le mur d'à côté. S'était-il passé quelque chose de particulier entre eux ? A ma mémoire non, si c'n'est que le sinistre individu semblait éprouver un malin plaisir à se foutre de sa gueule. Leurs quelques rencontres fortuites commençaient donc et se terminaient dans le tonerre des insultes de Staz.

- Il faudra peut être me donner ton nom un jour, monsieur-je-suis-énervé-en-permanence.

*Tch.*

Staz le dépassait à peine, ce qui ne l'empêchait pas de gonfler son torse avec fierté afin de fusiller du regard l'indésirable du haut de sa stature.

« aaaaaaaaah et pourquoi ?!! » s'insurgea t-il.

C'est-à-dire que dans certains pays il est coutume de se présenter quand on rencontre quelqu'un à plusieurs reprises. M'enfin, je ne vois pas pourquoi je t'embête avec ces frivolités.

« Pierdol sie**... Comme si j'allais te le donner !  »

Comme si , effectivement.  

« Wynoś się,*** j'veux passer. » gronda t-il sans bouger d'un poil, plantant ses prunelles de feu dans son regard de glace. Il te suffirait simplement de le contourner et de l'ignorer. Mais bon, sans ça il n'y aurait pas de rp.
©TE



*putain
** va te faire
*** dégage

~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Mer 2 Aoû - 2:25

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days


Depuis quand est ce qu'il se montrait aussi aimable? Hm.. va savoir. Ce blond là est particulièrement facile à embêter, c'est amusant. Il réagit aux provocations sans réfléchir, spontanément. Au moins on ne risque pas de douter de sa sincérité. Ce mot sonne même encore trop doux pour lui. C'est le genre de petite brute à la voix qui porte, qu'on aime voir doucement sombrer. Quand les rôles s'inverse et qu'on peut les regarder ramper à nos pieds, la sensation est... jouissive. L'interlocuteur actuel de William faisait parti de ses potentielles cible bien qu'il ne l'aie jamais particulièrement intéressé. Le brun échappait un léger rire tandis que le plus jeune lui lançait un de ses nombreux regards mauvais. William ne comprenait pas les mots que le blond prononçait dans une langue étrangère mais il devinait aisément de quoi il pouvait s'agir.

- Je prend tant de place que ça? C'est sûr. Me contourner doit être d'une difficulté... inimaginable. Cet obstacle si infranchissable que je suis, s'excuseras promptement après t'avoir donné son nom. Qui sait, tu pourrais le prononcer dans tes rêves prochainement.

Enfin, par rêve, on comprendra parfaitement que cet euphémisme remplace un truc moins joli. Même le terme de "cauchemar" serait trop gentillet. Le criminel préférait l'idée de... terreur nocturne. Oh, on sais. Ce n'est pas un peureux. Cet énergumène ne se ferait pas dessus simplement en ayant vu une tête comme celle de William. D'autant qu'il l'à déjà vue deux ou trois fois déjà. Nous verrons bien au fil du temps. Même les meilleurs soldats qui soient, solides comme un roc et au nerfs d'acier, ont leurs faiblesses. Il suffit de les trouver. Le trentenaire faisait mine de réfléchir un instant puis ajoutait donc, d'une voix presque théâtrale:

- Et si tu essayais en demandant de cette façon: "S'il te plait William, pourrais-tu t'écarter de mon chemin lumineux afin que ma royale personne puisse retourner à ses royales activités"

Cette tendance à se prendre pour le maître tout puissant en exaspère certainement beaucoup quand elle ne les fait pas carrément sortir de leurs gonds. William... s'en délectait chaque fois que la tête de hérisson blonde lui offrait l'occasion de le tourner en ridicule. Si facile. C'était si fa-ciiile. Comment pourrait-il s'en empêcher? Ce tic nerveux, ces mimiques, le ton qu'il emploie... il n'a clairement pas l'habitude d'être défié. Nul besoin d'aller chercher bien loin. La moindre des choses l'agaçait. On pourrait sentir cette odeur de haine à des kilomètres. Nous aurions été dans un cartoon, le sourire du brun s'étirerait jusqu'à ses oreilles et de la fumée sortirait des narines du jeunot.

- Allons bon, est ce si difficile que ça? Peut être n'as-tu pas appris ces mots là. C'est... surprenant. je pensais avoir affaire au petit prince. La ressemblance était flagrante, je m'en excuse.

Ah, si un compteur de sarcasme se trouvait pas loin il aurait explosé. Mister Hans se surpasse en cette soirée. Sentir l'air frai se promener autour d'eux, un ciel sombre comme il les apprécies grandement... Il n'est pas un être diurne après tout. Autant profiter~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Mer 2 Aoû - 16:40


« I had a dream about you »
You died.


Ce n'est plus un secret pour personne. Staz est un grand débile en puissance à la fierté mal placée. Ce n'est pas dans ses habitudes de réfléchir avant d'agir, de même qu'il n'est pas du genre à peaufiner son vocabulaire et la tournure de ses phrases pour exprimer ses idées. Pour lui c'est un perte de temps et surtout une perte de salive. Le blondinet se contente toujours d'aller droit au but, de ce fait les beaux parleurs, ceux qui soignent leur phrasé, qui prennent le temps de jouer des sarcasmes et autre sous-entendus sont ses ennemis jurés. Mépriser et insulter avec classe et dignité est à mon sens une preuve d'intelligence. L'intelligence peut être dangeureuse quand elle est utilisée à mauvais escient. Par conséquent, Staz se méfie de ceux qui savent se jouer des mots comme de la peste.

C'est exactement le type de personne qu'était cette vieille face de rat. Staz et lui ne pouvaient tout simplement pas s'entendre. En même temps, qui pourrait sincèrement fraterniser avec l'ébouriffé sans péter un plomb au bout d'un moment ? Personne. Staz se tenait bravement devant son interlocuteur, sans sciller, tandis que celui-ci se payait clairement sa tête. Bien sûr qu'il pouvait aisément le contourner et passer son chemin, mais cela lui trouerait franchement l'cul. Il était bien trop orgueilleux pour simplement se la fermer. Surtout face à lui. Si quelqu'un allait devoir s'effacer, c'était bien ce déterré. Pas Staz. Plutôt crever.

« Te paye pas trop ma tête tronche de vomi... » maugréa le garçon de sa voix la plus mélodieuse. Pour l'instant il se tenait encore tranquille, mais cela ne risquait pas de durer. Contrairement à ce que l'on pourrait penser la bestiole n'avait pas que d'la gueule. Disons que dans un certain sens même lui pouvait faire preuve de patience, la démonstration étant qu'il n'avait pas encore bougé d'un iota alors que son vis-à-vis continuait sa représentation sans se soucier de la fureur silencieuse qui gagnait le polonais.

La légende dit que celui qui tend l'oreille peut entendre les dents de Staz grincer.  

Oh, nous noterons tout de même au passage que notre égérie des faces de rat se prénomme William.

- [...] C'est... surprenant. je pensais avoir affaire au petit prince. La ressemblance était flagrante, je m'en excuse..

Staz arqua un sourcil. Le petit prince, alors celle-là on ne la lui avait jamais faite. Pas sûr qu'il ait saisi le sarcasme, mais cela eut le mérite de le faire rire. Littéralement. Il explosa d'un rire nerveux et bruyant, ses éclats de voix se répercutant sur les murs des ruelles désertes. Bien, si quelqu'un n'avait pas encore notifié sa présence, c'est chose faite.

« Le petit prince... » finit-il par articuler « Le petit prince des enculés ouais. » dit-il en se bidonnant de plus belle.

Le petit prince des enculés, le roi des gamins, la raclure des bas quartiers... Tous ces termes l'amusaient sincèrement. Faut dire qu'ils lui collaient à la peau, Staz en était parfaitement conscient et dieu sait qu'il s'en beurrait les noisettes. Il est la petite brute sans cervelle qu'on meurt d'envie de remettre à sa place et j'irais même jusqu'à dire qu'il en est fier. Ce qu'il pense ? Qu'il faut de tout pour faire un monde et lui il fait partie des cas sociaux. Point barre.

« Bien... » grommela t-il en reprenant subitement son calme. « Maintenant dégage. » siffla t-il d'une voix soudainement devenue glaciale. Son brusque changement d'attitude était pour le moins déconcertant.

Seulement Staz, je crois qu'on a un problème, ton manque de discrétion semble avoir attiré quelques bêtes curieuses.  
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Mer 2 Aoû - 23:52

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days

Ca aurait été étonnant qu'il ait changé aussi rapidement et radicalement. Ca aurait été dommage surtout. Tant à dire, tant à faire. C'est une bonne occupation. William en avait déjà croisé... ou trifouillés pas mal, des têtes brûlées comme ce blond là. Leur être entier est imbibé d'une haine profonde. A croire qu'il s'en font perfuser tout les matins au levé.  Ce sont sans doute les plus faciles à manipuler puisque irréfléchis. En revanche ce sont les moins intéressants à torturer. Soit ils se renferment dans un silence de... mort. Soit ils crachent des insultes jusqu'au épuisement. Ils ne répondent même plus aux provocations dans ces cas là. Ils ne se souciaient déjà pas de grands choses. Donc les menacer ou les faire chanter est inutile.

Quoique, il y en a bien un qui s'est résigné une fois. Certainement qu'avec l'âge ils finissent par prendre en sagesse. Ou bien, était-ce pour cette histoire de petite fille orpheline? La Crapule ne s'en rappellerait pas. Il aime bien les histoires pourtant! Certaines sont originales. Il à dû entendre tellement de nuances de maux et excuses vaines. Il aime bien celles qu'on tente de lui raconter affin de le persuader de changer. Comme si il allait avoir une révélation. Haha! Un bon flashback qui le pousserait à relâcher sa cible. Le genre de conte fantastique complètement bidon. Le criminel avait constaté que les meilleurs conteurs sont les plus froussards. La vermine n'a pas trop la notion de fierté, c'est logique. Mentir est si facile. Dommage qu'avec La Crapule ça ne risque pas de les sauver.

William n'avait donc pas douté une seconde quand « Le petit prince des enculés. » avait ri. Le bonhomme avait rapidement reprit son ton de raclure des bas quartiers. Mais, tient donc, il en avait conscience? C'était un début. C'était assez changeant aussi. A l'accoutumé la plupart des types de son espèce se rendent compte du degré de leur bêtise mais ne réagissent pas de la sorte. Certes, ils s'imaginent que tout leur est permis. Le monde est sous leur pied. Ce qu'ils omettaient, c'est qu'il était sous ceux de... ah, oui: « tronche de vomi ». Quelle... inspiration.

- Allons, je suis certain que le petit prince des enculés à un nom!

Eh bien, il ne le connaîtrait sûrement pas immédiatement. Voilà que d'autres racailles des bacs à sable s'approchaient. William restait un minimum sur ses gardes, mais restait détendu.

- Oh, des amis à toi, tête de porc-épique?

Pour des amis, le groupe d'hommes semblaient étrangement énervés. Décidément, il faut croire qu'aucun n'a jamais apprit à suivre de thérapie zen. Mais oui! Qu'on offre un jardin zen à ces messieurs! Evitons de leur faire part de cette idée pour le moment. William à un excellent seuil de douleur mais il ne pensait pas le tester plus que nécessaire. Il ne quittait pas son sourire habituel et lâchait un peu au hasard, naturellement:

- Que nous vaut tant d'attention, messieurs? Si vous cherchez une bourse bien garnie, je vous suggère celle de vôtre compère. Il me semble qu'il m'a parlé de l'achat d'un future tatouage en forme de papillon. Je ne suis pas connaisseur mais à vôtre avis, où devrait-il se le faire tatouer?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 12:14


« I had a dream about you »
You died.


Tandis que Staz faisait son Staz - pardon ? - je me suis mis à méditer sur le sens de tout ceci et après maintes réflexions je pense que je tiens enfin le fin mot de l'histoire : le temps libre. Encore une fois, l'oisiveté est mère de tous les vices.

* eeh ? *

Bah oui, réfléchis deux secondes tête d'enclume, si c'n'est pas trop te demander. J'aimerais bien pouvoir te dire de passer ton chemin, parce qu'on a pas qu'ça à foutre, mais le problème c'est qu'si, on a qu'ça à foutre, tu saisis ?

* gnh...*


J'prends ça pour un oui.

- Allons, je suis certain que le petit prince des enculés à un nom!

Sérieux... Dans l'genre insistant lui aussi... Vous permettez que je m'entretienne avec mon personnage ? Oui ? Non ? J'pense que c'vieux grigou peut toujours se brosser pour que Staz daigne lui donner son nom, c'est carrément devenu une question de fierté maintenant. Articuler " s-t-a-z" ,de même que de simplement le contourner serait un synonyme de... Défaite ? Putain, tu nous saoules tous avec ton égo d'merde. Oui, tous. Moi et... Lui, là-bas.

Ou plutôt... Eux, là-bas ? Oh. Son attention attirée par l'écho de baragouinages étouffés qu'il reconnaîtrait entre mille, la tête blonde finit par se retourner vers la bande de trouble-fête non sans masquer son exaspération. Décidément, les petites racailles écervelées s'attirent comme des aimants.

« Manquait plus qu'ça... » grommela la sale bête.

Mouai, le polonais n'était pas franchement d'humeur à s'taper sur la gueule avec de la viande pas fraîche. La face de rat l'accaparait déjà bien assez. Oui, apparemment ils avaient un petit problème à régler de "laisse-moi passer, non c'est moi qui passe, va t-en, blablabla, quel est ton nom, blablabla, j'te l'donnerais pas blablabla". Des chamailleries d'une importance capitale. Hm.

En parlant de la face de rat, celle-ci ne put s'empêcher de se l'ouvrir. Encore. Avait-elle remarqué que dès à présent, elle n'avait plus UN gros intelligent sur les bras, mais quatre ? - oui, par une décision arbitraire de ma part j'ai décidé que les p'tits mongoles qui ne savent écrire qu'en abrégé était au nombre de trois - Vous constaterez que j'aime les phrases à rallonge.

« Mais t'es con ou quoi ?! Tu veux crever ? poważny.. » gronda l'ébouriffé en lui adressant un regard assassin.

Suis-je le seul à m'attarder sur le tatouage en forme de papillon ? Oui ? Bon. La face de rat pouvait bien fanfaronner, à côté de Staz, qui était tout en muscles et en nervosité, elle faisait bien pâle figure. Si la bande de mongolito, qui se rapprochait lentement mais sûrement, décidait d'en venir aux mains, on ne pourrait compter que sur les poings du blondinet.

Et ça, Staz le savait parfaitement. Cela ne l'étonnerait même pas que tronche de vomi fasse exprès de les provoquer juste pour qu'il se prenne une beigne. En silence, il toisait ses rivaux, un concentré de haine et d'excitation transpirant des pores de sa peau. Je dis rivaux, parce que ce genre de petite frappe aime se confronter pour montrer qui est le plus fort. C'est aussi simple que ça.

"aaaaah, qu'est-ce qu'il a dit l'crasseux ?" lança l'un des affreux jojo à l'intention du plus sombre.

Vous voyez, du même niveau que Staz. Sauf que Staz est bien plus mignon. ~

* Il a dit de fermer ta gueule. *


Mh, au risque de paraître trop pessimiste, ils sont quand même trois mon petit. On sait qu't'es fort, mais y'a des limites.

* Y'a moyen que j'casse un ou deux bras... *

Commence par te défaire de ce pseudo sourire qui prend doucement naissance sur tes lèvres.

Haaa, le temps libre.
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 13:29

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days

Aucun humour, ces affreux. Jamais. Dans leur petit monde ce sont des stars qui règnent en maître, pas habitué à la provocation. Ou si, seulement celles de leurs congénères. Ca fini toujours par armer les poings et ceux là partent vite. Pourquoi s'exprimer comme des gens civilisés quand on peux devenir des bêtes dénuées de conscience? Tout devient plus facile avec un peu de force et beaucoup de bêtise. Que ça finissent bien ou mal ils ne tireront jamais de leçon de leurs petites bagarres de chiens des rues. Ou de chien mouillés. Ils ne connaissent pas l'hygiène ceux là? William faisait un vague geste de main devant lui, l'air de dire "quelle affreuse odeur c'en dégage de ces choses infectes". Il reprit bien vite son sourire lorsqu'il s'adressa au blond, à voix basse. Il lui concéda:

- Eh bien, si tu as l'intention de t'éterniser là avec tes amis les demeurés, ce sera sans moi.

Suite à quoi il augmenta le volume pour s'adresser aux autres racailles de bac à sable:

- Vous n'imaginerez jamais ce qu'il vient dire de vos mamans!

S'attaquer aux mamans c'était le must pour provoquer ces têtes pleines d'eau. Généralement ça s'interroge une seconde puis ça tique, et ensuite ça frappe.

- J'ai essayé de le raisonner, comment peut on vous en vouloir d'avoir été bercés trop près du mur?

Mais oui Willy, vas-y, attire toi les foudres de tout le quartier, ce sera drôle. Enfin, ça allait moins l'être quand il faudra se battre. Il ne tenait pas à changer son image de vieux corbeau un peu trop frêle. C'est que les gens le voient difficilement se battre. On se demande pourquoi...
En tout cas, le bougre n'allait pas faire de vieux os ici! A peine eut il fini avec sa propre connerie qu'il prenait la poudre d'escampette, laissant Staz à l'arrière. Le chemin allait être défini sur une certaine distance donc chacun devrait fuir dans la même direction. Ca promet d'être intéressant.
Voilà que les trois messieurs faisait craquer un peu leurs articulations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 15:20


« I had a dream about you »
You died.


Reculer face à l'ennemi ? Oh grand dieu non, plutôt crever et en crever quelques-uns au passage. Mais abattre l'ennemi ne se fait pas toujours de front. Que dirais-tu de te montrer plus intelligent qu'eux, mon petit ? Mhh, non. Toi la réflexion et les entourloupes, c'pas vraiment ta tasse de thé. Voir à quel point tu te tiens droit dans tes baskets même dans ta bêtise me fascinera toujours...

- Vous n'imaginerez jamais ce qu'il vient dire de vos mamans!  J'ai essayé de le raisonner, comment peut on vous en vouloir d'avoir été bercés trop près du mur?

« Sukin Syn, on t'a jamais appris à fermer ta gueule ? »

Alors lui, dans l'genre et que j'en rajoute une couche histoire de bien beurrer la tartine... M'enfin, considérant le tempérament de Staz, vous comme moi savions très bien comment cette histoire allait se terminer. En parlant du hérisson décoloré, celui-ci perçut des pas précipités qui s'éloignaient dans son dos. Vous voulez voir un tour de magie ? Et bien POUF ! Quand notre bienveillant blondinet jeta un regard en arrière la silhouette de tronche de vomi n'était déjà plus qu'un lointain souvenir. Surpris ?

« Bah alors, face de rat, t'as laissé tes couilles dans un tupperware ? » s'exclama t-il sur le ton de la moquerie. Staz, ou l'incarnation de la finesse.

Tien tien, seraient-ce des craquements d'articulation que j'entends-là ? Hm, Staz, en ce qui concerne le retrait stratégique...

« J'vais vous crever !! » Oui, donc, pour le retrait... « Ramenez vos fraises !! » Putain.

Les trois affreux jojo ne se firent pas prier davantage pour mener l'assaut. Ou plutôt les deux, le troisième préféra rester en retrait pour le moment. Après tout, à deux contre un, le p'tit chevelu devrait rapidement se faire maîtriser. Devrait. Staz n'attendit pas que ses assaillants arrivent à sa hauteur et s'élança à leur rencontre un poing déjà armé. Un swing du droit, son coup préféré, qui s'écrasa dans le nez du premier mongole qui manifestement ne s'était pas attendu à une telle violence. Ce coup eut le mérite de le désarçonner pendant quelques secondes malheureusement, Staz n'étant pas encore une pieuvre, ne put éviter les attaques du deuxième mongole. Quand j'vous disais qu'il se prendrait une beigne en pleine poire... Seulement le polonais profita du poing tendu dans sa direction pour lui chopper l'avant-bras et l'attirer à lui. Héhé, coucou ~ C'est ainsi qu'il lui rendit avec générosité la monnaie de sa pièce. Profitant d'un moment de flottement, Staz projeta mongolito n°2 dans le mur d'à côté. Au même moment, mongolito n°1 reprit ses esprits et se jeta sur Staz qui eut à peine le temps de l'intercepter. Cette attaque se transforma rapidement en un rapport de force, c'est qu'il était costaud ce con. Plutôt que de chercher à prendre le dessus, Staz décida de lui asséner un magistral coup d'tête. Deuxième moment de flottement.

Staz et si tu reconsidérait mon offre de retrait stratégique ?

*Putain !!..*

Les râles des deux mongoles finirent par le décider.

* J'vais les chopper plus loin... *

FUYONS ! Euh, non. RETRAIT STRATEGIQUE !

Staz avait réellement l'intention de les chopper un peu plus loin. Pour l'instant il devait seulement avoir cassé l'nez du premier mongole et une dent du deuxième en écrasant sa face contre le mur, tout au plus. C'était loin d'être assez. Chaque fois qu'il se battait Staz devenait... Sauvage. Fou. La violence le nourrit depuis toujours et par moment... Son image se mêle étrangement à celle de son vieux. De nombreuses insultes toutes plus fleuries les unes que les autres et des pas martelant le sol s'élevèrent dans les airs. Putain. Le blondinet devait trouver un moyen de les prendre à revers. Il voulait leur donner la leçon de leur vie.

On n'sait trop comment sa course s'acheva dans une impasse et oh surprise ! Devinez qui voilà ?? Face de rat !

« t'es toujours pas crevé toi ? » demanda t-il en passant une main distraite sur le liquide chaud qui dégoulinait le long de son visage. Mince, on dirait qu'ton arcade est pétée. En même temps ça s'casse tellement facilement ces trucs-là.

Staz jeta un oeil vers le mur qui s'dressait face à eux. Eh merde. Le vacarme qui se rapprochait dangeureusement derrière eux lui mettait tous les sens en alertes. Rapidement il zyeuta les alentours pour voir s'il ne pourrait pas s'armer de quoique ce soit. Même un couvercle de poubelle, on s'enfout.

« Bon, y'a pas 36 solutions. Soit on va en avant, soit on va en arrière. »

Autrement dit, soit on passe le mur, soit on s'fait les trois mongoles.
Alors ? Passer l'mur ne l'enchantait pas vraiment. Coopérer avec la face de rat encore moins. Encore une question de fierté toussa... Si ça ne tenait qu'à lui, il opterait pour la solution gros bourrin qui fracasse tout avec un couvercle de poubelle.
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 16:56

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days

Mesdames messieurs, nous nous trouvons... devant une impasse. Quelle vaine. Si la crapule connaissait bien les alentours, sur le moment il n'avait pas bien pensé. A vouloir jouer les imbéciles voilà où ça le menait. Bon, à l'arrière, la tête de porc-équipe ne devait pas trop mal se porter, et il les ralentiraient un peu. Le brun avait donc commencé à réfléchir. Grimper ne serait pas trop difficile s'il avait un appui. Hors, rien ne se trouvait à sa porté. Pas même une benne, rien. Nada. William avait entendu des bruits se rapprocher. Il s'était retourné pour y voir, je vous le donne en mille, l'incarnation de la rage suprême!

- Et les tiennes de balles, tu les as laissés à tes copains derrière je suppose, hm?

S'il était possible de rire de leur situation, le criminel l'aurait fait. Ah, en fait, même si ce n'est pas le moment le voilà qui ri doucement. C'était plutôt ironique quand on y pense. Il aurait été seul il n'aurait jamais eut de souci de ce type. Tout aurait été rapidement réglé, et basta. Les petites racailles n'aurait pas eut le souvenir de ce qu'il leur est arrivé la veille et William aurait été tranquille. Bien sûr il leur aurait fait un peu les poches, hm. Autant ne pas trop perdre son temps. Le hic est qu'il ne l'était pas, seul. Il y avait le petit con près de lui. Cette teigne là avait beau ressembler à toutes autres, quelque chose de différent émanait de lui. Le criminel se devait de garder son image actuelle. Surtout que le blond l'avait déjà vu. Ca paraîtrait louche de se réveiller avec seulement les trois autres débiles, sans "tronche de vomis" et avec pratiquement plus un billet dans le porte-feuille. Ajoutons à cela son envie de le pourrir jusqu'au bout...

- Sert moi donc d'appui, je t'attraperais une fois là haut.

Comme si tignasse de porc-épique allait accepter sans broncher! Le truc, c'est qu'il n'avait pas le choix. Monsieur-c'est-moi-les-muscles-ici, logiquement, porterait bien plus facilement le poids de "monsieur-je-suis-faible-et-lâche.
Ainsi donc, après quelques insultes marmonnées dans on ne sait quelle langue, et avec beaucoup de mauvaise volonté, les deux nouveaux super potes allaient co-opérer. Une fois en haut du mur, William fit un signe à son vis-à-vis:

- Au fait, quel est ton nom, déjà..?

Et oui, quand on est machiavélique et fourbe comme lui, on ne se refait pas en un instant. Il ne tendrait la main au blond qu'en obtenant son nom. Peu importe si les autres arrivaient. A quoi fallait il s'attendre de sa part, hm? William se délectait de la misérable position de l'autre idiot. Cette fois, peut être que sa langue se délierait un peu?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 18:04


« I had a dream about you »
You died.


Rien. Rien de rien. Pas même une feuille morte ne jonchait les pavés de cette foutue impasse. C'est une blague ? Pour la première fois de sa vie, Staz fut outré de trouver une ruelle propre. La seule arme potentielle qui se trouvait à sa portée était... La face de rat. Il pourrait toujours essayer de le jeter en pâturage pour faire diversion. Cette seule image suffit à lui arracher un ricanement.

- Sert moi donc d'appui, je t'attraperais une fois là haut.


« Eh ? Mais ça va pas, j'ai une tête d'escabeau ou quoi ? »

Je valide, va poser tes sales pattes ailleurs que sur mon Staz. Puis, j'sais pas pour toi choup's, mais moi j'lui fait pas confiance. Regarde sa tête. Mais regarde sa tête avec son vieux sourire à la Cheshire ! C'est une personne louche, ça ne fait aucun doute.

« gówno (merde)... » siffla t-il en regardant une dernière fois les alentours. HAAAAA et ce sang qui lui dégouline dans l'oeil là ! Comment réfléchir dans ces conditions ?! Réfléchir. Comme c'est cocasse, le seul à y parvenir ici semble bien être la face de rat.

« T'sais quoi Pierdol sie. » cracha t-il en se résignant à servir d'appui. Au pire des cas... Bah y s'fait enculer et on meurt. Voilà. Puis comme on dit, c'est quand une bête est acculée qu'elle est la plus dangereuse. Jusqu'à présent je n'ai jamais vu Staz poussé dans ses retranchements. Et j'espère ne jamais devoir assister à un tel spectacle.

Une fois la créature hissée en haut du mur, Staz lui tendit la main en se promettant intérieurement de se la couper plus tard.

- Au fait, quel est ton nom, déjà..?

« Sukin Syn... » tonna t-il comme s'il lui lançait une malédiction. J't'avais dis que j'le sentais pas.

C'est à ce moment très bien choisi que les trois fantastiques firent leur apparition, remontés comme jamais. Oh, je crois qu'ils en ont qu'après toi maintenant mon petit Staz.

« Tch ! » *bordel bordel bordel bordel bordel*

Un éclat de lumière sur un objet métallique attira son attention. Qu'est-ce ... ? Un canif de poche. Merde. T'as beau être coriace, ta peau n'est pas encore cuirassée. Y'a pas l'choix faut s'barrer. Ses prunelles, qui ressortaient étrangement dans la lueur de la nuit, se reportèrent sur la créature qui semblait particulièrement apprécier la situation. Marre-toi pour l'instant. La vengeance est un plat qui se mange froid. Je dirais même glacé.

Le polonais éprouva une difficulté sans pareil à délier sa langue, sa mâchoire se resserrant de seconde en seconde.

« STAZ. » finit-il par articuler avec toute la mauvaise volonté du monde.

Si le garçon pouvait s'arracher la langue, je pense qu'il le ferait.

« Maintenant remonte-moi ! »

Pas l'temps d'niaiser, la bande d'attardés se ruait déjà dans sa direction. N'ayez aucune pitié. Staz n'aurait pas hésité à vous planter, lui. Se hissant en haut du mur à la dernière minute, la bestiole évita de justesse un coup de canif dans la jambe. A la grande question : vaut-il mieux ravaler sa fierté ou se prendre un p'tit coup d'métal, le garçon avait choisi de donner son prénom, à ma grande suprise.

« Merde c'était chaud... » dit-il à sa propre intention, une fois à l'abri, en observant la bande de vermines qui s'excitaient en bas du mur. Essayez seulement de monter les enfants, Staz sera là pour vous cueillir.

Ce canif... Il le prendrait bien pour lui...

©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Arrivée : 30/07/2017

Plumes : 26

Localisation : labo, la plupart du temps

avatar
La Crapule
HORS-LA-LOI
I WILL SURVIVE

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Ven 4 Aoû - 21:12

HANS
William

NAJDER
Staz

Happy Days

Eh bien voilà, il n'avait pas perdu sa langue. Staz. Ca lui allait bien. Court, pas anglais et pas bien original. Quoique ça sort un peu du lot, c'est tout. En somme, rien d'extra. Ca serait tout de même suffisant pour ennuyer le bonhomme. Une fois en sécurité -si on peut appeler ça ainsi- William fût tenter d'envenimer les choses en lançant une pique aux trois zozos en dessous. Il eut une bien meilleure idée. Ils étaient trois, ils pourraient parfaitement monter s'ils étaient persistant. Ainsi, il fallait trouver le moyen de les retarder. Voyons... il n'avait pas ses fioles sur lui et comme il ne souhaitait pas se blesser lui-même, devinez à qui il s'adresse:

- Brise une vitre et donne moi le verre.

En disposer sur le rebord du mur leur poserait problème. De même s'ils en laissaient derrière eux au pied du mur. L'atterrissage du trio d'écervelés pourrait être... fracassant.

- Allons, tu attends de me compter fleurette ou tu veux te débarrasser d'eux?

Tellement lent à réagir, ce pauvre blondin. A croire qu'il l'était aussi bien extérieurement qu'intérieurement. William profitait des bandages enroulés autour de ses bras pour ne pas se couper, et laissait les morceaux de verres tout le long. Staz devait déjà être en bas. Leur discrétion lors du grand fracas, pourrait rameuter quelques gens. Ca serait d'une pierre deux coups. Si les autres étaient accusés d'avoir fracassé la vitre en ayant des morceaux sur eux... qui croirait une bande de malfrats même en ayant la preuve que ce ne sont pas eux qui ont vandalisé l'appartement voisin? Pouvoir enfermer la vermine était la passion de nos biens aimés gendarmes. William espérait presque qu'ils aient quelques substances illicites sur eux. Ca faciliterait leur arrestation.

Dans tout les cas, il était temps de se remettre à courir! Sait-on jamais. La ruelle étant assez étroite, nos deux compères avaient tendance à se percuter un peu. Le brun eut l'excellente idée de remettre sa bêtise sur le tapis:

- Et sinon, pour ce tatouage papillon, tu comptes le mettre où?

Et voilà, c'est reparti. "Le grand amour entre ces deux là", vous dira-t-on!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.

Arrivée : 29/06/2017

Plumes : 92

Age : 21

Localisation : Dans un appart miteux.

avatar
Staz L. Najder
.

MessageSujet: Re: Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)    Lun 7 Aoû - 22:17


« I had a dream about you »
You died.


Du haut de son perchoir Staz prit tout son temps pour dévisager les trois gueux qui gigotaient un peu plus bas afin d'imprimer leurs visages dans sa mémoire. C'est qu'il est plutôt rancunier, ce brave polak. D'autant plus qu'il n'oublie jamais le visage d'un petit d'homme qui lui a cassé les couilles. Sans doute la raison pour laquelle il avait instantanément reconnu la face de rat. Si ça ne tenait qu'à notre petit blondinet, il se serait tenu bien tranquille jusqu'à c'que les trois gros bras se décident enfin à monter. Ils étaient trois, mais ils ne pouvaient grimper qu'un par un. Staz se serait fait une joie de les cueillir l'un après l'autre. Son sourire grand jusqu'aux oreilles semblait même les encourager à grimper. Petits poissons venez. ~~

Seulement la face de rat semblait être d'un tout autre avis. Il suggéra à Staz de briser la vitre de l'appartement d'à côté pour méticuleusement disposer le verre brisé sur le rebord du mur et à son pied. Hééé, pas bête ! Ce genre de stratagème n'effleure que très rarement l'esprit de la bestiole peu habitué à battre en retraite. M'enfin, d'une certaine manière cette fine équipe réunissait l'esprit et les bras. Staz s'exécuta non sans montrer les dents, par principe. Cette brillante idée allait très certainement alerter le voisinage, si ce n'était pas déjà fait et leur foutre les flics au cul. D'ailleurs, était-il seulement vide cet appart' ? Bon. Il y a peu Staz était prêt à défoncer les trois rigolos avec un couvercle de poubelle, alors simplement briser une vitre c'était plutôt gentillet au final, vous ne trouvez pas ?

Une fois la manoeuvre terminée les deux compèrent reprirent leur course. Sans vouloir vous mettre la pression, va falloir accelérer le pas les enfants ! Les fautifs idéals de tout ce grabuge se trouvent certes à l'arrière, mais je vous rappelle que Staz est le mec le plus poissard qui puisse exister. Alors on s'magne !

- Et sinon, pour ce tatouage papillon, tu comptes le mettre où?

Fallait qu'il ouvre encore sa gueule celui-là. Poursuivi ou pas, rien à battre. Staz pila des quatre fers et choppa l'arrière du haut de la créature pour le stopper lui aussi dans sa course et le ramener brusquement en arrière. Avec son précédent affrontement, le garçon avait perdu le peu de patience dont il pouvait faire preuve. Quant à la face de rat, elle avait encore loupé une occasion de se taire. Staz l'attrapa ensuite par le col pour le plaquer contre le mur d'en face, le soulevant quelque peu du sol.

« Tu commences vraiment à m'casser les couilles. » siffla t-il sur un ton à couper au couteau en resserrant sa prise de seconde en seconde. De sa main libre, son poing se refermait déjà petit à petit et les muscles de son corps gagnaient en tension.  « Tu peux vraiment pas t'la boucler... » Staz... C'pas vraiment l'moment de péter un câble...

*Ta gueule!!*

La sale bête n'était vraiment plus d'humeur à faire mumuse. Ses mirettes s'étaient soudainement enflammées à l'idée d'en découdre une fois pour toute avec la face de rat. Le garçon n'attendait plus qu'une chose, un mot de travers de plus.
©TE


~~~~~~

" If you're going to start a fight... Then start a fight you can actually win."


PREZ || JOURNAL || F.T ||STAZ'S VOICE

" Deux choses me rendent heureux : avoir de l'argent et voir qu'il me reste encore de la bière. " - Staz

on rigole bien.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comme chien et chat et plus si affinité (pv Staz & William)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S'entendre comme chien et chat (Pv Uridan Sangried)
» Comme chien et chat. - Maddoxia.
» «Comme chien et chat.»
» Comme chien et chat. + LOLA
» Comme chien et chat [Feat. Catwoman]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISMADD ::  Le monde des hommes  :: Las Vegas :: Centre-Ville-
Sauter vers: